bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
actu_21842_vignette

Identité numérique : au vol !

Le 27 mai 2014

Un quidam vous alpague, vous embrasse chaleureusement, vous remémore vos souvenirs... Vous ne vous souvenez de rien ? Une expérience troublante signée Experian.

Aujourd’hui, pas moins de quatre millions de personnes au Royaume-Uni ont été victimes de fraude à l’'identité : pourtant, les britanniques, comme dans beaucoup d’autres pays, continuent d’afficher publiquement des données personnelles sur leurs différents profils.

Partant du constat qu’il ne suffit pas de prévenir ou de faire la morale pour que les problèmes de confidentialité liée aux données personnelles soient vraiment pris en compte par tous, Experian s’est fendu d’une expérience sur le terrain particulièrement révélatrice. Avec son agence Abundance, la société spécialisée dans le traitement de l'information et son analyse a dépêché deux ambassadeurs afin qu’ils abordent cinq inconnus dans un bar. Ces « infiltrés » avaient au préalable récupéré quelques données personnelles sur le compte Facebook  de leurs « victimes ».

La réaction de ces derniers est étonnante : s’ils ne reconnaissent pas leur interlocuteur, celui-ci est tellement bien informé qu’il ne peut s’agir que d’un petit problème de mémoire selon eux et pas d’un piratage d’informations. Quelques minutes après le début du « piège », ils sont d’ailleurs prêts à en donner beaucoup plus comme leur numéro de téléphone par exemple.

Une expérience étonnante qui fait partie du projet ID Bot Project qui vise à alerter l’opinion publique sur les problèmes de fraude à l’identité. Un support promotionnel également au service IdentityProtect qui analyse le trafic Internet 24/7 et alerte l’utilisateur si ses données personnelles sont susceptibles d'être partagées illégalement, volées ou vendues en ligne.

Dan Evans, directeur de la création d’Abondance, a déclaré : « A l’agence, tout ce que nous faisons tourne autour des personnes. Nous croyons qu’en les impliquant dans des expériences sociales, nous les sensibilisons plus facilement aux questions sociales ».

La campagne est relayée sur le web. Trois jours après son lancement sur YouTube, le film comptabilisait déjà 30 000 vues.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour