bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
actu_31027_vignette_alaune

Hé, le jeune, viens faire de la pub avec nous !

Le 4 avr. 2016

D&AD a fait équipe avec YouTube et quatre teams créatifs des agences BBH, Grey London, JWT et Ogilvy pour produire 4 films dans le but d'inciter les jeunes à rejoindre les métiers de la création publicitaire qu'ils ont tendance à bouder... le mariage est-il rompu ?

La campagne a pour objectif de diversifier les profils de publicitaires en changeant les visions préconçues de la publicité. Pour séduire de nouveaux  créatifs, chaque film s’est appuyé sur un axe différent censé résonner auprès des jeunes générations.

 

1er angle : Vous le faites déjà, autant gagner de l’argent avec. Vous faites, filmez, photographiez des choses bizarres ou vous êtes accrocs à la photo, aux films, au dessin …? Autant gagner de l’argent avec.

 

 

 

2ème angle : écrivez cette pub avec nous. L’un des spots mise sur le participatif et incite les internautes à écrire une pub à partir des commentaires Youtube. Le scénario qui aura séduit les créatifs devrait être réalisé.

 

 

3ème angle : vous êtes naturellement experts des nouveaux médias. Vous swipez, snapchattez, faites rire en 140 caractères, vous savez gagner l’attention des personnes… la publicité apparaît comme une extension logique.

 

 

4ème angle : vous n’êtes pas faits d’une seule chose, vous savez mixer, c’est de cet art que naissent les meilleurs créations.

 

 

Un appel à projets qui sonne comme un cri de désespoir avec des arguments tels que « la publicité est innée chez toi parce que ta vie est rythmée par des tweets, snaps et que tu swipe » ou « t’aimes prendre des photos de ta b***, soit payé pour ça avec la pub », le tout dans un faux cool qui tourne parfois à la caricature (dans certaines campagnes). Pas sûr que cela évite la fuite des cerveaux que reconnaît l’industrie et permette de recruter du sang neuf.

Car rappelons-le, les millenials sont avant tout à la recherche de métiers « qui font sens ». Après des décennies de matraquage dans les tristement célèbres «  temps de cerveaux disponibles »,  suivie par l’agression publicitaire online qui a conduit à la forte adoption des adblockers.

Même si les voies d’une publicité plus sensée semblent voir le jour avec des agences comme Goodvertising, des modèles de marque qui remplacent la publicité par des « actions de campaigning » en soutien à des causes, ou encore des campagnes toujours plus sensées par le biais de la création de services ou de produits ; l’industrie semble avoir un long chemin à parcourir pour imposer un discours qui résonnera auprès des jeunes générations.

La meilleure création devrait être récompensée le 14 avril.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour