1. Accueil
  2. Mondes créatifs
  3. Top des pubs
  4. De la supériorité du chat

De la supériorité du chat

De la supériorité du chat
Introduction
Amoureux des chats, cette campagne est faite pour vous : Friskies démontre la suprématie des félins sur les chiens. C’est drôle, irrésistible et ça cartonne sur la toile. Déjà 7 millions de vues sur YouTube.

Dans la lignée de sa série de video « Dear Kitten » débutée en juin et diffusée en partenariat avec Buzzfeed sur YouTube, Friskies dévoile son dernier opus : « Dear Kitten: Regarding The Dog ». Comme les précédents épisodes, le film met en scène un chat mature qui donne de précieux conseils de vie à un chaton, notamment lorsqu’un chien fait son arrivée dans la maison et qu’il va falloir cohabiter avec lui.

Le constat est sans appel : un chien c’est comme un chat auquel on aurait enlevé l’indépendance, l’intelligence, la propreté. Sa vie consiste à se demander s’il doit prendre quelque chose dans sa gueule ou pas, tout en l’ayant dans sa gueule… c’est dire la prise de décision. Le chien, le meilleur ami de l’homme ? Sûrement une grosse campagne marketing menée par une armée de chiens… pourtant ce chat expérimenté a des doutes: au vue, de ce que le chien fait des journaux, à savoir les bouffer ou s’en servir comme coin popo, il est difficile d’imaginer qu’ils puissent y acheter des pages de publicités pour promouvoir la cause canine.

« Dear kitten », il est donc nécessaire de suivre quelques précieux conseils pour préserver sa tranquillité : maîtriser des enchainements de « ninja fou » pour asseoir sa posture de dominant sur le chien ; laisser ce dernier se contenter de nourriture déshydratée avant de se faire mettre en cage ; et surtout rester figé, lorsqu’on tente de vous mettre une laisse (un procédé visant à transformer n’importe quel être vivant en marionnette et dont semble se satisfaire le chien).

Voici, entre autres, la ligne de conduite à tenir lorsqu’on doit partager son habitacle avec un chien et que l’on est un chat. Un scénario terriblement drôle, lorsqu’on est fan de ces petites boules de poils, et narrée par Ze Frank qui, par son talent, renforce l’aspect comique de la saynète. Pour autant, le film, en conclusion, donne une belle leçon d’humilité aux chats : le simple bruit d’ouverture d’une boîte Friskies réveille en eux des réflexes dits de Pavlov et remet en cause leur propension à l’indépendance.

Ajouter votre commentaire