bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
actu_21524_vignette

Consciences touchées sur tablette

Le 2 mai 2014

Devant le tollé du dernier sondage de l’IPEA (26% des brésiliens estiment le viol de femmes portant des tenues provocantes justifié), CIM sort les armes digitales. Éloquent.

 

L’Institut d’enquête économique du gouvernement (IPEA) a récemment publié les résultats d’une étude qui fait froid dans le dos. A la question : « les femmes portant des vêtements qui laissent voir leur corps méritent-elles d’être violées ? ». 26% des brésiliens ont répondu par l’affirmative.

Un chiffre qui a provoqué un raz de marée sur les réseaux sociaux (d’autant plus que le premier chiffre officiel annoncé était de 65,1% avant que l’IEPA ne dévoile qu’il s’agissait d’une erreur) et un Tumblr dédié a même été créé à cette occasion. Il faut dire que le viol est un sujet très sensible au brésil : selon l’AFP Rio de Janeiro, de 2009 à 2012, le nombre de viols au Brésil a augmenté de 157% et dans l'État de Rio de Janeiro, il a été recensé une moyenne de 16 viols par jour en 2012. Jusqu'en 2009 notamment, seule la «pénétration vaginale prouvée» était considérée comme un viol.

 

Aujourd’hui, le CIM (Centro de Integração da Mulher) participe à cet effort pour dénoncer la violence ordinaire et se fait le porte-parole digital de ces femmes victimes d’agressions sexuelles. Il propose une expérience on-line particulièrement bien ficelée: l’organisme, avec la collaboration de l’agence Mood, a investi les pages modes des webzines O Globo et Veja, deux médias très influents au Brésil. Tandis que l’utilisateur fait défiler les pages avec ses doigts, ils se retrouvent soudain dans la peau d’un agresseur face à sa victime effrayée. La scène est surprenante et très réaliste.

 

Une manière de surfer sur cette autre forme de violence, moins visible, et de dénoncer ces attitudes tombées dans la banalité et qui sont malgré tout le premier pas vers une forme de violence.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour