media-entity1

MediaEntity, une BD numérique à la Black Mirror à (re)découvrir d'urgence !

Le 16 mai 2018

MediaEntity s’attaque à l’avenir de nos identités virtuelles. Usurpées, truquées, manipulées, elles échappent au contrôle des humains et pourraient bien se retourner contre eux… Sur lit de fake news et de données persos, on vous met au défi de ne pas devenir paranos.

Le 15 mai, nous avons reçu un curieux email à la rédac.


#fakenews #bubblefilters #alternativefacts #cambridgeanalytica #deletefacebook
C’est la panique sur les réseaux sociaux, on dirait.
Et pourtant, ce n’est que le début…
Bientôt ce sera #mutation #ausecours #monprofilparletoutseul 

Notre futur ne nous appartient peut-être déjà plus.


Et autant dire que nous y avons tout de suite répondu. L’intrigue était trop croustillante (et tristement d’actualité) pour que nous la laissions passer.

MediaEntity, c’est l’histoire d'un réseau social éponyme qui centralise tous les autres. C’est l’histoire de nos identités en ligne qui s’autonomisent et se mettent à publier, partager, commenter photos, vidéos et messages compromettants, sans nous consulter. Et alors que notre réputation en prend déjà un sacré coup, nous risquons en prime de perdre le package « job, famille, enfants et amis ».

trader illustration

 

« Ce cauchemar, c'est celui d'Éric Magoni, jeune trader qui vient de couler sa banque et première victime d'une machination dont il ne saisit pas encore l'envergure, et qui le mènera au coeur du réseau social MediaEntity... », teasent les Éditions Delcourt. C’est aussi celui d’une starlette victime d’un scandale plus gros qu’elle, d’un sans-abri farfelu aux allures de lanceur d’alerte, d’un hacker, d’une activiste prônant la déconnexion et d’une poignée de journalistes en proie à un flot discontinu d’informations, truffé de fake news et de faits alternatifs.

Pensé par les Français Simon Kansara (scénariste) et Émilie Tarascou (réalisatrice de films d’animation), MediaEntity fait donc généreusement écho à l’actualité et croise, dans un récit à intrigues multiples, les destins de ces différents personnages.

MediaEntity dessins

« Nous sommes un peu paranoïaques, c’est d’ailleurs pour ça que nous ne sommes pas sur les réseaux… à part pour le projet ! », ironise Simon Kansara au téléphone. « Cela fait quelques années que cette histoire me trotte dans la tête. En ce qui me concerne, je ressens une sorte « d’attraction-répulsion » vis-à-vis du phénomène d’identité en ligne et vis-à-vis de nos relations qui se dématérialisent toujours un peu plus ».

Découpée en 16 épisodes à la manière d’une série TV, cette scotchante BD d’anticipation initialement publiée en ligne sortait son premier tome papier en 2013. Elle fait aujourd’hui son grand retour sur iOS et Android et réunit l’histoire complète au sein d’une application dédiée. Avec, les deux créateurs surfent sur le format Turbo Media. Démocratisé il y a quelques années par le story-boarder français Balak, ce dernier permet à l’utilisateur de lire la BD en plein écran et de taper ou de cliquer pour afficher bulles et vignettes en fonction de son rythme de lecture.

« C’est un format qui nous a parlé dès le départ. Et puis, quoi de mieux que de raconter une histoire qui parle d’écrans sur un écran ? », explique Simon Kansara.

Formé à l’écriture audiovisuelle, le scénariste s’avoue fortement influencé par les séries TV. « Je voyais, dans ce format, une manière de mêler le récit rapide des séries TV à la liberté de la bande dessinée. Émilie, elle, a toujours été plus sensible à la création d’une narration sur écran plutôt que sur papier, c’est ce qui donne ce rendu un peu cinématographique. », poursuit-il.

image de BD

En parallèle, le duo développe le jeu interactif « Les jeux de Wilhem », sorte de spin-off en PDF mettant en scène le « sans-abri mystique » évoqué dans la BD. En fouillant dans les archives de Wilhem , le joueur est amené à résoudre des énigmes et à déjouer les plans de la nébuleuse « MediaEntity » en apprenant des rudiments de sténographie, de SSTV (slow-scan television) ou encore de PGP (« Pretty Good Privacy »), un logiciel de chiffrement cryptographique censé garantir la confidentialité et l’authentification dans la transmission de données. Sur les réseaux, Twitter et Facebook, le personnage s’exprime même en morse pour communiquer avec les lecteurs !

« On a essayé de créer une histoire sans y insuffler de jugement. Pour moi, la fin de l’histoire s’apparente à ce qu’il se passe maintenant : personne ne sait réellement comment les choses vont évoluer. Il n’y a qu’à voir la dernière sortie de Google, Google Duplex, une solution capable d’imiter des voix humaines… », poursuit Simon Kansara.

« MediaEntity, en toute modestie, se veut assez prophétique sur ce genre d’enjeu. Chaque jour, nos flux d’informations nous ramènent à cette réalité incertaine, et dans l’histoire du web, il a été et sera toujours opportun de raconter ce genre d’histoire… »

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter un bon binge-reading !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour