bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
gaia-le-netflix-du-yoga

Gaia, le Netflix de la méditation pleine conscience qui décolle

Le 19 avr. 2018

En marge de Netflix, une entreprise américaine tente de se positionner sur le marché du streaming vidéo. Sa particularité ? Avoir choisi le segment de la « pleine conscience » pour ses contenus. Top ou flop ?

« Yoga is the new black. » Ce titre aurait tout à fait sa place sur la plateforme Gaia. Car, en marge de Netflix et de sa série à succès « Orange Is The New Black », ce site de streaming vidéo mise sur la vibe de la pleine conscience. « Guérir l’esprit », « Nourrir votre tête », « Le pouvoir du coeur »… En tout, Gaia propose un répertoire de 9 000 vidéos, moyennant un abonnement de 9,95 $ par mois. Au programme : du yoga, de la méditation mais aussi des documentaires et films sur des pseudo-sciences. Le média britannique The Independant ne s’est d’ailleurs pas privé en juin dernier de se moquer d’une vidéo diffusée sur Gaia affirmant la découverte d’un alien momifié au Pérou.

Le business en pleine conscience

Derrière cette entreprise née dans le Colorado, qui se qualifie d’ « entreprise consciente », se cachent des investissements en béton et une logique entrepreneuriale qui a flairé le bon filon. La compagnie, cotée en bourse, a vendu sa filière vêtements en 2016. Le cash généré a été investi dans le service de SVoD et en marketing avec, pour résultat, une hausse drastique des abonnements. L’entreprise vise 1 million d’abonnés fin 2019. En novembre dernier, elle en revendiquait 278 000. Un nombre non-négligeable qui n’a évidemment rien à voir avec les 125 millions de Netflix, selon les derniers chiffres mentionnés par Les Echos.

Le business en pleine conscience

Le nombre d’abonnés des deux plateformes de streaming diffèrent de quelque plusieurs centaines de millions. Certes. Pourtant, les deux services partagent des similitudes. Tout comme son grand frère, Gaia a investi dans sa capacité à produire des contenus originaux. La compagnie s’est offert un « Campus » de 150 000 mètres carré d’une valeur de plus de 16 millions de dollars. Dans ces locaux, sont produits 80% des contenus diffusés sur la plateforme. Cette niche en plein boom ne génère pourtant pas de profit. Les marges sont même désastreuses, malgré les forts investissements en marketing. Par ailleurs, Amazon et Netflix sont des concurrents avec de gros moyens qui pourraient, s’il le voulaient, se positionner sur ce segment.

Un créateur atypique

Derrière Gaia se cache la personnalité atypique de Jirka Rysavy. Ce Tchèque de 64 ans est le stéréotype parfait du rêve américain. Arrivé aux États-Unis avec zéro dollars en poche et aucune notion d’anglais, ce diplômé en ingénierie a réussi à faire fortune alors qu’il n’y connaissait rien en affaires. Le site Seeking Alpha n’hésite pas à qualifier le créateur de « moine excentrique » doublé d’un « serial entrepreneur », lui qui, célibataire, mène une existence spartiate dans sa propriété de 80 acres, en pleine montagne.

Jirka Rysavy cuisine et dort souvent dehors, selon le magazine Inc. Le millionnaire adore par-dessus tout voyager, sans hésiter à dormir sur des bancs dans les parcs publics et en faisant ami ami avec les locaux. « J’ai voyagé dans tellement de pays sans argent. Je ne parlais pas la langue ; je ne pouvais pas aller dans un hôtel ; je ne dépendais que de moi. J’ai appris que vous pouvez toujours repartir de zéro. » Une qualité qui lui sera peut-être utile s’il ne réussit pas à générer des bénéfices avec sa plateforme...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour