Un pied dans la tombe

Un pied dans la tombe
Introduction
Le richissime Chiquinho Scarpa a convoqué la presse dans son jardin pour assister à l’enterrement de sa Bentley. Une mise en scène choc pour un message fort.

Chiquinho Scarpa, l’un des hommes les plus riches du Brésil, a annoncé sur Facebook avoir creusé un immense trou dans son jardin pour y enterrer sa Bentley Continental Flying Spur, d’une valeur de 500,000  $. Un geste qu’il déclare influencé par le visionnage d’un documentaire sur les rites funéraires des égyptiens : enterrés avec leurs biens les plus précieux, ceux-ci étaient assurés de les retrouver dans l’au-delà. 

Des centaines de journalistes et de photographes intrigués se sont donc précipités dans son manoir de São Paulo afin de couvrir ce qu’ils pensaient être une lubie de milliardaire. Chiquinho Scarpa s’est bien présenté à l’heure dite mais ce fût pour déclarer ne pas être assez fou pour enterrer une voiture de ce prix et s’est d’ailleurs dit fort étonné que son histoire attise autant de curiosité. Pourtant, a-t-il ajouté, bon nombre de personnes se font enterrer avec des biens beaucoup plus précieux, à savoir un rein, un cœur, des yeux et d’autres organes dont la vie de beaucoup d’autres personnes dépend. Sur ces bonnes paroles, Chiquinho Scarpa a annoncé ouverte la Semaine nationale du don d’organes au Brésil (23 au 29 Septembre).

 

Un joli pied de nez signé Leo Burnett Tailor Made pour ABTO (Associação Brasileira de Transplante de Órgãos).

 

«J’ai été jugé pour avoir voulu enterrer une Bentley, mais la vérité c’est qu’une grande majorité de gens enterrent des choses beaucoup plus précieuses que ma voiture », a déclaré Scarpa. « Ils enterrent des cœurs, des reins, des foies, des poumons, des yeux. Ça c’est absurde. Avec tant de personnes en attente de greffe, être enterré avec des organes sains et qui pourraient sauver la vie de plusieurs personnes est la chose la plus absurde au monde. Ma Bentley n’est pas aussi précieuse. Aucune richesse, si grande soit-elle, n’est plus précieux qu’un seul organe, parce que rien n’est plus précieux que la vie. »