1. Accueil
  2. Inspiration
  3. L'oeil de l'extrême
  4. L’Opéra de Paris en mode décadent

L’Opéra de Paris en mode décadent

L’Opéra de Paris en mode décadent
Introduction
Le meilleur remède quand on est aphone ? Une nuit de débauche ! L’écrivain Bret Easton Ellis nous montre la vie d’un chanteur lorsqu’il n’est pas sur la scène de l’opéra de Paris. Des coulisses jouissives et inattendues.

« Internet est une place publique, un lieu collectif de rencontres, de prises de parole et de création. Après le Palais Garnier en 1875 et l’Opéra Bastille en 1989, c’est sur ces terres-là, celles du digital, que l’Opéra national de Paris a décidé se bâtir sa 3e Scène ». Cette initiative, lancée en septembre 2015 par Dimitri Chamblas, s’ouvre à de nombreux artistes. « Plasticiens, cinéastes, compositeurs, photographes, chorégraphes, écrivains » sont invités à proposer des œuvres originales, en lien avec l’Opéra national de Paris. « Nous souhaitons que les artistes s’emparent de l’Opéra ». L’objectif : en faire découvrir les lieux, l’histoire, les talents et les coulisses de cet emblème de la culture.

Il n’en fallait pas plus pour que Bret Easton Ellis, l’écrivain à l’origine, entre autres, d’American Psycho, ne s’empare de l’opportunité pour proposer un film pour le moins… décalé. Intitulé Figaro, le film met en scène un pauvre chanteur qui a perdu sa voix. Pour la retrouver, quoi de mieux que de se confronter à ses démons intérieurs ? Le thème, cher à Bret Easton Ellis, permet en général à ses héros d’exprimer leur véritable personnalité. Loin des clichés et du sérieux imputés à l’institution, il n’hésite pas à dévoiler un univers où l’alcool et les orgies remplacent les répétitions et les chignons serrés.

 

« J’ai été très flatté d’être approché par l’Opéra national de Paris », explique Bret Easton Ellis. Ce qui l’a surpris, c’est la grande liberté qui lui a été accordée. « J’ai voulu faire quelque chose d’un peu humoristique, confronter le film et un morceau d’opéra. Je ne pense pas avoir choisi une thématique différente de ce qui m’attire d’habitude : il y a un peu de décadence mais le film ne se prend pas trop au sérieux ».

Le film est produit par The Devil You Know.

Ajouter votre commentaire