Avoir Heineken dans la peau

Avoir Heineken dans la peau
Introduction
Pour bosser chez Heineken, il faut prouver qu'on a la marque dans la peau. Lors du recrutement d'un stagiaire, le brasseur a prouvé qu'on ne la lui raconte pas. Fini les entretiens trop lisses, place à l’imprévu pour un tête-à-tête sur le fil avec le DRH de la marque.

Heineken était à la recherche d’un collaborateur pour couvrir le trophée de l’UEFA Champions League dont la marque est partenaire. 1 734 candidats ont répondu à l’offre d’emploi. Dans le lot, difficile de trouver le bon candidat tant leurs discours trop bien préparés se ressemblent. Afin de gagner du temps et ne pas se tromper, Heineken a décidé de renverser les méthodes de l’entretien d’embauche classique et de déstabiliser les candidats : le plus sûr moyen de capter leur véritable moelle professionnelle.

L’entretien a donc réservé quelques surprises aux candidats. Ceux-ci ont vu leur émotivité, leur courage et leur sang-froid mis à dure épreuve. Un big up pour le créatif qui a eu l’idée de demander au patron de prendre le candidat par la main et de l’amener ainsi jusqu’à son bureau : la réaction de ce dernier est tordante et le discours qui suit désopilant. Toujours est-il que cette mascarade a dévoilé de véritables talents en terme de self contrôle.

C’est le cas notamment de Guy Luchting, le gagnant qui vient d’être embauché et a commenccé son nouvel emploi… en tant que stagiaire… le 12 février dernier.
Sa mission sera de parcourir le monde pour couvrir les différents évènements liés au partenariat d’Heineken avec l’UEFA Champions League, avant d’arriver  à Wembley pour la finale le 25 mai.

En attendant, vous pouvez découvrir les secrets de cette étonnante embauche dans cette video diffusée sur youtube, sorte de compilation des scènes les plus drôles. Une opération orchestrée en collaboration avec Publicis Milan.

 

 

 

 

 

 

Version longue