1. Accueil
  2. Inspiration
  3. Le goût de l'expérience
  4. Transformer ses valeurs de marque en plats

Transformer ses valeurs de marque en plats

Transformer ses valeurs de marque en plats
Introduction
La Cité de la Mode et du Design a créé une expérience comestible autour de ses valeurs. Ça se mange comment au juste des valeurs ? Rencontre avec Véronique Thouvenin directrice de la communication et des publics et Julie Rothhahn designer culinaire.

Depuis le mois de novembre 2015 un travail sur la marque Cité de la Mode et du Design a été initié par Véronique Thouvenin directrice de la communication et des publics à travers, notamment, une réflexion sur les valeurs et la vision de l’espace Parisien. Parmi les valeurs constituantes de la Cité « il y a bien entendu l’innovation. Nous pensons que l’avenir est source de solutions et qu’il ne faut pas en avoir peur mais au contraire l’accompagner » précise Véronique Thouvenin. Autre trait caractéristique du lieu, son esprit provocateur de rencontres : « clubs, Musée des Arts Ludiques, Institut Français de la Mode, événements professionnels… nous avons un public éclectique. On trouve aussi bien des marques de Luxe aux côtés de collectifs d’artistes et/ou d’événements professionnels. On a envie de faire en sorte que ces personnes se croisent, échangent et construisent ensemble ».

Afin de célébrer cet éclectisme, la marque a réalisé une rencontre avec l’ensemble de ses publics : résidents, prestataires, préfecture… en leur proposant de déguster « un petit bout de l’esprit de la Cité ». Ou quand les valeurs de marques deviennent comestibles… 

Pour ce faire, la Cité de la Mode et du Design a fait appel à Julie Rothhahndesigner culinaire : « nous lui avons demandé de mettre en scène ces valeurs en proposant une expérience légère autour de l’architecture, la notion de flux… et du vert si caractéristique de la Cité ».

Résultat : une exposition éphémère (puisque dégustée pendant la soirée) autour du Pantone 802 C.

 

 

La designer culinaire a été séduite par l’idée de rencontre. « Cela m’a particulièrement attiré : comment faire en sorte que les gens se rencontrent ? Qu’est-ce qui va créer un dialogue ? Un démarrage de connivence entre deux personnes ?

Pour créer le dialogue, l’artiste a choisi l’angle des faux-semblants : « l’idée est de créer le trouble dans pour que les personnes ne sachent pas comment aborder la partie comestible de chaque table ». Les invités pouvaient alors découvrir des « tissus » comestibles qui sont en réalité des purées de fruits déshydratées, des formes molles en guimauve qui prennent l’allure de lourdes plaques, des burgers aux formes de pierres, des fruits revisités en vert, des matières “à opérer”… le faux semblant est impressionnant.

Pour Julie Rothhahn, le design culinaire devrait continuer de se propager : « de plus en plus de personnes se rendent comptent que le design culinaire rapproche les gens et nourrie la conversation au-delà de l’expérience apéritive habituelle. Par le biais de l’installation comestible, les gens expriment plus facilement des émotions, des ressentis parfois complexes après le visionnage d’une œuvre culturelle par exemple ».

Ici la cuisine prouve que, mêlée au design, elle devient un déclencheur de conversations et de sensations.