1. Accueil
  2. Inspiration
  3. Le goût de l'expérience
  4. En direct de mars : réflexions sur la marche du monde
  5. avec SUPERBIEN

En direct de mars : réflexions sur la marche du monde

En direct de mars : réflexions sur la marche du monde
Introduction
Cela fait maintenant 10 jours que l'équipage ISAE-Supaero simule la vie martienne en plein désert de l'Utah. Camille Gontier, journaliste et scientifique de bord, nous partage aujourd'hui ses réflexions sur la marche du monde.

Quand j’étais petit, j’avais la très rassurante impression que le monde tournait à peu près rond. Que les gens savaient ce qu’ils faisaient, ou tout du moins en avaient une idée assez précise. Que les choses étaient globalement sous contrôle. Que la marche du monde, en la personne du fonctionnement d’un frigo ou du fait de savoir pourquoi la guerre et la paix, pouvait bien m’échapper, à moi ou à mes parents, mais que cela n’était pas très inquiétant : en effet, quelque part, dans un bureau ou une salle de réunion, quelqu’un ne se contentait pas de faire semblant ou de faire remonter les problèmes à quelqu’un d’autre, mais avait réellement les choses sous contrôle. Chacun ayant son rôle à jouer dans un système bien huilé.

 

Et en grandissant, je me suis rendu compte que non. Pas du tout. Mais alors vraiment pas. « Un adulte, c’est un enfant qui a des dettes », disait Cocteau. Je dirais plutôt qu’un adulte, c’est un enfant qui vient de se rendre compte que c’est à présent lui, la personne censée être responsable et devant répondre de ses actes, sans plus pouvoir se défausser sur quelqu’un plus haut placé. « La vraie terreur est de se réveiller un matin et de découvrir que votre classe de lycée dirige le pays », écrivait Mark Twain (là encore, je te laisse vérifier l’exactitude de la citation) : ma vraie terreur fut de me rendre compte que les membres de mon équipage, chargés d’entretenir les systèmes de vie d’une station devant nous protéger de l’environnement martien et d’assurer notre retour sur Terre, avaient fait les mêmes études que moi et n’étaient pas plus formés que moi en la matière. Pauvres de nous !

 

L’aérospatiale : sciences de précision, où rien n’est laissé au hasard et tout est sous contrôle ? Bien au contraire. Un problème à bord de la navette ou de la station spatiale internationale ? Envoyons-leur quelques rouleaux de scotch en plus : il n’est pas de problème qu’une augmentation de l’utilisation de scotch ne puisse résoudre. Le spatial est le royaume du bricolage, de l’à-peu-près, de l’inconnu. Et il en va du monde comme de notre station spatiale : personne ne sait trop comment tout fonctionne, et chacun prie pour que quelqu’un d’autre ait une solution à son problème.

 

Et pourtant tout ne va pas si mal. Après tout, la station spatiale internationale abrite des astronautes en continu depuis dix ans. Réaliser que le monde est en fait incompris et mal maitrisé est moins un désenchantement qu’une opportunité, un formidable défi à relever. A chacun de prendre ses responsabilités pour faire en sorte que la station continue de fonctionner ! 

 

Journal de bord de Camille Gontier, Journaliste de bord MDRS 164

Propos recueillis par Caroline Martin

 

Pour revivre la mission du début : 

L’ADN vous emmène sur Mars

La vie sur Mars : premiers contacts

En direct de Mars : première sortie en scaphandre 

Voyage sur Mars : premières angoisses

 

Envie d’interagir avec l’équipe sur place ? 

Posez vos questions via @CarolineMrtn / @LADN_EU

#LiveOnMars