1. Accueil
  2. Innovation
  3. Start me up
  4. Portrait de Startup : Minds

Portrait de Startup : Minds

Portrait de Startup : Minds
Introduction
Peut-on créer une offre alternative aux géants de la Silicon Valley que sont Facebook et Google ? C’est l’ambition de Minds, réseau social militant salué par Anonymous et qui propose un modèle qui repose sur le respect de la vie privée de ses utilisateurs. Rencontre avec son fondateur Bill Ottman.

Bill Ottman s’engage : « Aucune de vos données ne sera utilisée, la protection de votre vie privée est garantie. Même si nous nous faisons hacker, même si le gouvernement nous demande l’accès aux données d’un utilisateur, nous avons construit un système tel que nous ne sommes pas en mesure de le leur donner. Nous cryptons vos données, votre e-mail, vos mots de passe… de telle façon qu’ils ne peuvent jamais fuiter. » Une approche qui pourrait (aussi) séduire les pirates, mais le réseau social n’est pas une zone de non-droit pour autant. « Nous croyons en la loi. Si un utilisateur vient à en profiter pour faire quelque chose d’illégal, nous supprimerons son profil. »  

 

Pour le fondateur militant, la prochaine révolution de l’information devra se faire sur les réseaux sociaux : « Ils doivent connaître une mutation de la même façon que Wikipédia a brisé les codes des encyclopédies marchandes. Un réseau social crypté doit devenir le réseau social le plus puissant du monde, car le réseau social du futur respectera la liberté de ses utilisateurs et leurs droits. Nous devons protéger nos utilisateurs au lieu de les utiliser et de les vendre. Aujourd’hui, les réseaux sociaux n’ont pas d’éthique. »

Pour l’activiste, il faut se méfier de toutes les applications qui utilisent un code fermé « à partir du moment où elles ne sont pas transparentes sur leur code, vous ne savez pas ce qu’elles font de vos données et c’est le cas des plus grandes entreprises technologiques qui espionnent leurs utilisateurs. Elles connaissent tout de votre navigation ». Mais la prise de conscience doit être massive pour que les internautes changent leurs habitudes, et pour le moment l’attirance pour les avancées technologiques prend encore le pas sur l’éthique. « Les gens se réveillent doucement. Beaucoup d’entre eux sont énervés contre Facebook mais se sentent pieds et poings liés. En quelque sorte, Facebook force les gens à renier leurs valeurs parce qu’ils ont les meilleures fonctionnalités. Si les personnes avaient le choix, elles ne donneraient pas accès à leurs informations. Inévitablement, comme cela s’est produit avec l’arrivée de Wikipédia, une alternative gratuite et ouverte va venir challenger et battre Google et Facebook. Minds ou Telegram ou d’autres réseaux sociaux open source constituent des alternatives, mais certaines sont encore trop complexes d’utilisation alors que Facebook est d’une très grande simplicité. Nous devons mêler simplicité et sécurité. » Mais développer de telles alternatives est long et les géants ont une longueur d’avance. Une situation que déplore le fondateur adepte de la culture de l’open : « Google et Facebook ont réussi à créer des logiciels extrêmement puissants mais, parce qu’ils refusent de partager leur code, ils nous obligent à réinventer la roue… Imaginez si leur code était en open source. Nous pourrions enrichir leurs avancées sans avoir à tout réinventer. Mais ils ne le veulent tout simplement pas. »

 

Pour initier un tel projet, l’esprit militant est de rigueur : « Je suis très actif pour la liberté de l’information, c’est pour cela que nous sommes très transparents avec Minds. Beaucoup de nos utilisateurs sont d’ailleurs des journalistes, des activistes et des artistes. » Et pour donner les clés de la résistance à ses audiences, Minds prépare une nouvelle étape dans son développement. « Nous travaillons au WordPress des réseaux sociaux pour que chacun puisse facilement créer son propre réseau social avec sa version applicative, son nom de domaine et en utilisant le code utilisé pour Minds. »

À chacun son réseau social pour fédérer les groupuscules qui feront tomber les nations-mondes que sont devenus Facebook et Google ! Car rappelons-le, si Facebook était un pays, il serait le 1er pays du monde avec 1,5 milliard d’habitants…

 

Cet article est paru dans le numéro 6 de L’ADN revue.

Pour vous procurer votre exemplaire, cliquez ici.

 

À PROPOS DE MINDS

Minds est un réseau social crypté qui a obtenu la reconnaissance des Anonymous. Lancé en juin 2015, il compte déjà plus de 1 million d’utilisateurs, 40 millions de visiteurs uniques.

minds.com

PARCOURS DE BILL OTTMAN

À 30 ans, il est entrepreneur, activiste de l’information et artiste, et le CEO et cofondateur de Minds. Il vit à New York.


Ajouter votre commentaire