1. Accueil
  2. Exponential Happiness ?
  3. Éternelle jeunesse : a-t-on trouvé l’élixir ?

Éternelle jeunesse : a-t-on trouvé l’élixir ?

Éternelle jeunesse : a-t-on trouvé l’élixir ?
Introduction
C’est la promesse que veut tenir Elizabeth Parrish en expérimentant sur elle-même une nouvelle médecine. Et les résultats sont prometteurs…

 

Si vous pouviez faire une chose pour sauver des millions de vies, peut-être même des milliards, le feriez-vous ? Moi, je le ferais !

 

Elizabeth Parrish

Patient zéro d’une expérimentation inédite, Elizabeth Parrish a confié son corps à la science. Son combat ? Lutter contre le vieillissement en contrant la dégradation logée au plus profond de nos cellules, à l’extrémité de nos chromosomes, sur nos télomères.

En gros, nos brins d’ADN s’érodent, rapetissent, et plus ils s’écornent, plus nous nous flétrissons. Ce mécanisme d’altération est connu depuis les années 70, et a valu le prix Nobel de physiologie à Elizabeth Blackburn, Carol Greider, et Jack Szostak en 2009. Mais depuis, on tarde à voir apparaître les premières applications médicales. Pourtant, parvenir à régénérer nos télomères pourrait effectivement être le plus efficace des bains de Jouvence.

C’est en tout cas la conviction d’Elizabeth Parrish et des équipes de son entreprise Bioviva.

Elle l’affirme : ça marche ! En tout cas sur les souris. « Des études chez l’animal montrent que la thérapie génique de la télomérase prolonge la durée de vie. » Fantastique ? Un peu. Reste à vérifier que ce qui fonctionne sur les petits rongeurs produit les mêmes résultats sur l’Homme.

La Food and Drug Administration, jugeant que les résultats obtenus sur les animaux n’étaient pas suffisamment étayés, n’a pas donné son accord pour que les tests puissent être réalisés aux Etats-Unis. C’est donc depuis la Colombie, en 2015, qu’Elizabeth Parrish herself est allée faire ses injections.

Et les premiers résultats annoncés semblent prometteurs : ses télomères auraient repoussé de 9%, soit un rajeunissement – à l’échelle des télomères tout du moins – de 20 ans.

« L’imagerie IRM de mon corps entier a également révélé une augmentation de ma masse musculaire, et une réduction de ma graisse intramusculaire. Nous avons aussi constaté une réduction par 6 de la présence de protéine C-réactive dans mon organisme, or c’est l’un des marqueurs cliniques les plus efficaces pour détecter tous les types d’inflammations et les cancers. Mes taux de glycémie à jeun ont également diminué d’environ 25%, ce qui indique une meilleure sensibilité à l’insuline. Enfin, mes taux de triglycérides ont chuté de 50%. Tous ces éléments montrent que mon corps a considérablement amélioré les performances de son métabolisme. »

Et Elizabeth Parrish de conclure : « Nous n’avons vu aucun effet négatif à ce jour.»

Qui dit mieux ? Personne, puisque Bioviva est la seule entreprise à avoir bravé l’oukase de la FDA, et qu’Elizabeth Parrish est la première volontaire à s’être soumise au test. Impossible donc d’extrapoler la moindre conclusion solide à grande échelle. La prochaine étape consistera cette année à trouver de nouveaux volontaires pour poursuivre les expérimentations.

« Nous sommes très enthousiastes concernant l’avenir. » Car l’ambition de Bioviva reste vertigineuse. « Nous voulons que chacun soit en bonne santé, quel que soit son âge. Les vaccins et les antibiotiques ont redéfini notre santé dans le passé, et nous croyons que les thérapies géniques et cellulaires feront de même pour notre génération. »

Une promesse si forte, qu’on peine à la croire…

Mais il est vrai que depuis cinq ans, les recherches ont beaucoup progressé, et que les thérapies géniques et cellulaires ouvrent des perspectives vertigineuses en matière de soin. Mais les chantiers restent évidement énormes, et le coût des traitements à l’avenant.

« Quand les résultats de ces technologies auront été avérées, leurs coûts pourront être réduits. Tout comme le séquençage du génome humain a considérablement abaissé ses tarifs, la même chose devrait se produire avec les thérapies géniques et cellulaires. Notre objectif est de les rendre accessibles à tous. »


Elizabeth Parrish sera présente à l’Echappée Volée les 12/13/14 mai prochain. 

Programme complet et inscription – cliquez ici


 

Liz Parrish, CEO BioViva
micfrey le 16 mars 2017 / Répondre

Bonjour

Travaillant moi même sur ce même concept, je serais heureux de partager nos idées

Dr Michel FREY
micfrey@orange.fr

Ajouter votre commentaire