bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
Un extrait du film Psychose, sur lequel a été ajouté une Apple Watch

Apple Watch : le crime était presque parfait !

Le 5 avr. 2018

En Australie, la police a pu résoudre un crime grâce aux données récoltées par l’Apple Watch de la victime.

Les objets connectés n’en finissent pas de jouer les justiciers : un bracelet Fitbit a contredit le témoignage d’un mari infidèle, le pacemaker d’un pyromane a permis de déjouer une arnaque à l’assurance, et un meurtrier s’est fait condamné par son application Santé.

Cette fois-ci, c’est une sombre affaire qui remonte à 2016 qui a pu être élucidée : une Australienne de 57 ans avait été retrouvée morte chez elle, dans sa buanderie. Principale suspecte : sa belle-fille. Dans la version des faits de cette dernière, des individus avaient suivi sa belle-mère jusque chez elle avant que ne s’ensuive une dispute d’une vingtaine de minutes à l’extérieur du domicile.

Dans ce type de cas, les montres intelligentes et autres objets connectés peuvent s’avérer de précieux alliés pour démêler le vrai du faux : en l’occurrence, l’Apple Watch de la victime contredit cette soi-disant dispute qui aurait eu lieu à l’extérieur. « La défunte a probablement été attaquée vers 18h38 et a succombé à 18h45 », explique la procureure Carmen Matteo. Par ailleurs, la belle-fille de la victime avait affirmé être immédiatement sortie de la maison une fois les agresseurs partis pour alerter la police. « Elle ne s’est pas manifestée avant 22h, soit 3h après l’attaque si l’on considère les données de l’Apple Watch ».

À celles et ceux qui redoutent que des juges-robots peuplent les tribunaux, qu'ils sachent que la tech est déjà au service de la justice..!

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour