actu_31134_vignette_alaune

Heaven : portrait d’agence

Le 8 avr. 2016

« Nous sommes une agence next generation : nous parlons à des gens qui sont moins sensibles à la publicité, et qui sont les égaux des marques ». Les trois CEOs d’heaven, Arthur Kannas, Diane Leray-Lemoine et Sophie Noël se dévoilent. Bienvenue au Paradis.

Sophie Noël, Arthur Kannas et Diane Leray-Lemoine se sont rencontrés chez Edelman à la fin des années 90. « Très rapidement, nous avions compris qu’internet allait modifier non seulement les RP, mais aussi la communication au sens large. Il fallait repenser les relations entre nos clients et leurs consommateurs ». De ces échanges naissent les prémisses d’heaven. « Nous avons d’abord monté une structure en interne avant de monter l’agence, qui est née en 2001 ». A l’époque, Edelman est actionnaire majoritaire, mais les équipes rachètent les parts dès 2002. « C’est en 2009 qu’Hopscotch est entré au capital ». Très tôt, heaven ne se limite plus au digital. « Nous ne voulions pas de nom qui fasse référence au web.  Quand nous avons créé l’agence, les noms en ‘’@’’, en ‘’.net’’ étaient partout. Nous voulions un nom international, qui évoque quelque chose de positif ». Et quoi de plus positif que le paradis ?  « Quand on s’appelle heaven, on a le devoir d’incarner certaines valeurs : la bienveillance, l’attention, et le respect ». Ces valeurs s’incarnent dans la relation aux annonceurs, mais aussi auprès des collaborateurs. « C’est vraiment quelque chose que l’on plébiscite, en plus de la passion et de la recherche d’excellence ».

 

Le marketing conversationnel s’inscrit dans les gènes de l’agence depuis ses débuts. « Cela fait 15 ans que nous connectons les marques et leur public. La nouveauté, c’est que l’audience a été démultipliée et que notre terrain de jeu, le web, s’est structuré ». Si à l’époque, internet comporte certaines zones d’ombre pour les marques, aujourd’hui tout est social. « Les annonceurs ont gagné en maturité : ils n’attendent plus la même chose de nous qu’il y a quelques années ».

Depuis toujours, heaven est axée sur l’audience. « Nous avons vécu l’arrivée des agences de pub dans notre univers. Ça nous a obligés à mieux travailler la façon dont on présentait nos créations, et nous avons pu progresser à ce niveau-là ». Le résultat, c’est une agence capable de penser l’idée, sa diffusion, son efficacité, et sa distribution sur les plateformes. Certes, le marketing des influenceurs a évolué depuis la création de l’agence… Mais dès la première compétition gagnée, l’objectif était de fournir aux internautes ce qu’ils attendaient des marques. « Nous avons toujours aimé et respecté le web ».

A la base de chaque projet, une réflexion sur la façon dont internet modifie le marché et les modèles économiques pour les marques, mais aussi pour les individus. « Il nous arrive de sortir des écrans : le principe est de chercher nos audiences où elles sont, en gardant à l’esprit l’efficacité des campagnes. Nous allons privilégier la pertinence au show-off. Ça se ressent dans notre approche du métier ». Les fondateurs revendiquent un côté puriste. « Il est inconcevable de ne pas privilégier l’efficacité. On va avoir du mal à dire qu’une campagne est formidable si elle ne fait pas de bons résultats ».

 

Si la philosophie de l’agence reste la même depuis 15 ans, heaven a su évoluer avec ses clients et ses collaborateurs. « Nous repensons notre organisation quasiment tous les ans ». Entre autres évolutions, l’agence ne répartit plus les équipes par secteurs d’activité, mais par métiers. « Les métiers évoluent tous les jours, et nous voulons qu’ils soient tous accompagnés par un expert ». Dans cette même volonté, les contenus sont de plus en plus créatifs et pensés pour le social. « Le brand ou le social content, le snacking… Ce sont des sujets de plus en plus demandés par nos clients et les internautes ». Les locaux se sont adaptés à la façon dont les gens travaillent : les interactions sont facilitées, et les équipes gagnent en fluidité. Elles peuvent se regrouper par expertise, s’isoler sur des projets particuliers,… Les mots d’ordre : flexibilité et modularité, et remise en question du métier.

Ce recul est aussi possible grâce aux conférences organisées par heaven. « Nous essayons de proposer des sujets qui font prendre un peu de hauteur sur le marché. Nous n’avons pas hésité à parler ouvertement de la triche sur les réseaux sociaux et à éduquer les marques sur le fait qu’il était tout à fait possible de truquer tous les chiffres : achat de fans, de vues, de clics… Elles doivent être vigilantes sur les résultats ». Les équipes n’ont pas peur d’aborder des sujets qui peuvent fâcher, ou bousculer les idées reçues. « Les attaques de fans, la crise d’adolescence de Facebook, l’emprisonnement des marques sur Facebook,… Et plus récemment la projection des réseaux sociaux d’ici à 2025 : autant de thèmes qui permettent aux gens de mieux nous connaître ». L’idée : apporter du fond, avoir un regard critique sur ce qui se passe sur internet. Toujours dans un souci d’efficacité… 

 

Retrouvez l'agence sur son site web, Facebook, Twitter, Google+, Slideshare et Vimeo.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour