1. Accueil
  2. Entreprises innovantes
  3. Case study
  4. Les nouvelles méthodes du management

Les nouvelles méthodes du management

Les nouvelles méthodes du management
Introduction
En matière d’organisation, la mort annoncée des silos et des modèles hiérarchiques invitent les structures à être plus agiles, plus réactives, plus collaboratives. Tours d’horizon des nouvelles méthodes du management par Jean-Michel Gode.

1. Des méthodes pour mobiliser l’intelligence de tous

Si l’organisation pyramidale reste adaptée à des environnements où il s’agit de faire exécuter des ordres… elle devient moins efficiente dans des environnements complexes, meubles, qui échappent à l’ordre et à la logique et exige plus d’agilité.

 

 

 

 

 

Forum Ouvert (Open Space Technology)

Il réunit autour d’une question centrale l’ensemble des personnes concernées. Après avoir établi leur propre agenda, les participants travaillent par petits groupes pour définir des priorités et produire des plans d’action. Une approche mise en œuvre avec succès depuis plus de vingt ans dans près de 120 pays, et qui repose sur 4 principes et 1 loi : 1. Les personnes qui se présentent sont les bonnes. 2. Ça commence quand ça commence… 3. Quand c’est fini, c’est fini ! 4. Ce qui arrive est la seule chose qui pouvait arriver. 4 bis. Si vous n’êtes ni en train d’apprendre, ni de contribuer, passez à autre chose ! (Loi des deux pieds.)

Appreciative Inquiry (l’enquête appréciative)

Inspirée de la psychologie positive, elle s’attache à construire le changement en s’appuyant sur les réussites. Il ne s’agit plus de trouver les causes du problème, mais d’enquêter sur les raisons du succès pour élaborer de nouveaux projets. Une vision transcendante qui stimule innovation et créativité.

Lean

Formalisé aux États-Unis dans les années 1990 à partir des travaux de Toyota, le lean substitue à toute non-valeur détectée au long du cycle de vie d’un produit une création de valeur pour le client ou une autre partie prenante de l’organisation. Derrière cette face visible – souvent interprétée à tort comme une démarche de réduction des coûts – se cache une philosophie d’amélioration continue qui s’appuie sur le collectif pour nourrir les transformations culturelle, managériale et organisationnelle de l’entreprise.

2. Des méthodes pour favoriser les prises de décisions collaboratives

En entreprise, ils existent deux modes de prises de décision : le modèle classique favorise la décision hiérarchique, prise par un seul individu au risque d’être influencé ou mal informé, ou le consensus, idéal pour de petits groupes mais difficile à mettre en œuvre avec un grand nombre d’acteurs.

Le processus d’avis (Advise process)

Conjuguant les deux avantages, il pose le principe que toute personne de l’entreprise peut prendre n’importe quelle décision, pour autant qu’elle ait demandé l’avis des experts dans le domaine et celui des personnes qui vont vivre avec la décision.

La décision par consentement

Venue de la sociocratie, elle permet de décider au service de l’intérêt général en intégrant les objections de chacun des membres du groupe jusqu’à ce que personne ne soit contre.

L’élection sans candidat

Chaque membre du groupe propose son candidat pour le poste à pourvoir en exposant les raisons de son choix. Chaque votant peut changer sa proposition jusqu’à ce que la liste des nominés soit stabilisée. On choisit alors parmi ceux-ci un candidat contre lequel aucun votant n’aura d’objection.

3. Des méthodes contre-intuitives qui privilégient l’imperfection mais améliorent l'efficacité

Initialement destinées au développement de logiciels informatiques, les méthodes agiles (Scrum, XP…) bouleversent radicalement les pratiques de pilotage et de réalisation de projet. Elles privilégient une solution pragmatique imparfaite à une planification figée contre-productive ! Un raz-de-marée culturel formalisé en 2001 dans le Manifeste agile :

  • « Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils.
  • Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive.
  • La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle.
  • L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan. »

 

Delphine Gili le 7 février 2017 / Répondre

Du bon sens en action

Ajouter votre commentaire