bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
bureau

La réponse mail la plus WTF de la journée

L'ADN
Le 13 oct. 2017

Un e-mail d’un certain Matthieu H nous est parvenu. Il y dresse, avec ironie, la critique des processus interminables et parfois insensés dont est victime l’entreprise. Surprenant, drôle et criant de vérité !

Paris, le 5/10/2017

« Monsieur,

Je vous réponds aujourd’hui pour vous éviter de faux espoirs :

Même si je serais personnellement ravi, en tant que professionnel de la communication et du marketing, de pouvoir discuter avec vous de vos solutions, ce serait pour nous deux une perte de temps et, incidemment, d’argent, puis d’estime mutuelle.

Que ferions-nous de ces rencontres ?

Nous élaborerions des stratégies complexes, échafaudées sur les outils performants que vous proposez, à même de maximiser notre visibilité, calibrer nos messages et développer, à terme, notre notoriété, et nous finirions par trinquer à la Kronenbourg, épuisés mais heureux des avancées réalisées et des heureuses perspectives d’avenir que nos efforts nous laisseraient espérer.

Puis nous ferions remonter tout cela à la direction. Avec un air pénétré et entendu cette dernière écouterait patiemment la présentation de cette stratégie, avant de nous demander si le jaune ne serait pas plus adapté que le bleu pour le graphique numéro 5, parce qu’on voit mieux. Et parce que le jaune ça change, et que « moi je préfère l’ocre et je trouve qu’on voit mieux sur fond gris. Et cette phrase est mal tournée. Je pense qu’on comprend mieux en disant « si j’aurai », parce que ma fille qui est juriste, enfin en première année de Droit… », et ainsi de suite.

Au bout de quelques temps, voyant que cette stratégie n’a pas multiplié par 12 le chiffre d’affaire, la direction abandonnerait tout le projet et nous demanderait à nouveau pourquoi on n’est pas tous les jours dans un article du Monde ou de Libé, et pourquoi on ne fait pas un buzz sur Spotify ou sur Photoshop, parce que « c’est ça qui marche ! ».

Passés plusieurs mois, vous finiriez par nous transmettre le troisième rappel avant mise en demeure pour règlement de vos services, que nous ne pourrons honorer, car la compta est en train d’essayer de rebrancher sa calculatrice filaire mais, juré !, le mois prochain ils s’inscrivent à la formation Excel. Comme ça l’année prochaine ils ne ferment pas la boutique pendant quatre mois pour faire les comptes, interdisant de fait le règlement de toute facture, dont la vôtre, avant le 1er mai… qui sera férié de toutes façons.

Un an plus tard, nous ne nous parlons plus que par avocats interposés. Les enfants pleurent beaucoup, mais disent qu’ils sont tombés dans la cour de récréation quand vous ou moi leur demandons ce qui ne va pas. La stratégie des débuts n’est plus qu’un vague souvenir qui refait à peine surface dans les soirées de solitude, diluées dans le vin blanc à 3 euros de chez Lidl. Et son résultat le plus abouti est un rictus forcé quand les copains demandent : « Et le boulot, ça va ? » .

Alors sauvons les apparences et restons-en là. Je vous salue bien.

Cordialement,

Matthieu H. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour