Recyclage et traitement des déchets

Chaque année, en France, un habitant produit en moyenne jusqu’à 23 kilos de déchets électroniques

BRED
Le 12 juill. 2018

Thomas Derichebourg dirige la branche Derichebourg environnement depuis 2007. En vue du coup d’envoi du Coopérathon, il a accepté de nous parler de son engagement en faveur de l’économie sociale et solidaire, de l’industrie du futur, de l’innovation, et de sa confiance dans l’intelligence collective pour répondre aux grands défis de la planète.

Du 26 septembre au 30 octobre prochain, les participants au Coopérathon vont plancher sur des grands sujets d’avenir, répartis en 4 thèmes : la santé, l’environnement l’éducation et la finance. Pour encadrer la partie « Environnement et Développement durable », la BRED, co-organisatrice de l’événement, a choisi de faire appel à la branche de Derichebourg spécialisée dans la gestion des matières résiduelles des entreprises et des collectivités, le traitement des eaux usées et le recyclage des métaux ferreux et non ferreux.

Pionniers de l’économie circulaire depuis 1956

« Notre activité est au-delà de l’engagement en faveur de l’économie circulaire. L’économie circulaire est au cœur de notre activité » : d’entrée de jeu, Thomas Derichebourg donne le ton.

« Dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles lié à la croissance mondiale, notre activité de recyclage permet d’économiser l’équivalent de 3,7 millions de Tonnes de CO2 par an, et de trouver des solutions alternatives ».

Si le Groupe Derichebourg est aujourd’hui un acteur majeur de l’économie circulaire, c’est qu’il en fut rappelle-t-il, l’un des pionniers il y a plus de 60 ans. L’entreprise de recyclage de ferrailles fondée par son grand-père en 1956 a en effet totalement changé d’échelle et participe aujourd’hui à un autre modèle de création de valeur.

« La multiplication des cycles de vie d’une même matière première diminue d’autant la pression sur les gisements naturels. Elle permet en outre d’économiser de l’énergie.» poursuit-il. La collecte est un point essentiel : chaque année, en France, un habitant produit en moyenne jusqu’à 23 kilos de déchets électroniques. Notre rôle est également de contribuer à la prise de conscience des consommateurs pour libérer les stocks dits en hibernation. 44 % des téléphones portables hors d’usage seraient conservés par leurs anciens utilisateurs au lieu d’être recyclés ».

Pour ce visionnaire engagé, les villes d’aujourd’hui représentent « les mines du futur », notamment dans les pays développés. La concentration de métaux dans l’espace urbain y serait plus élevée qu’ailleurs, que ce soit dans les infrastructures ou dans les matériels électroniques. « Or les qualités intrinsèques des métaux les rendent particulièrement adaptés au recyclage successif. Il est estimé que 75 % de l’aluminium produit dans le monde depuis 1880 est toujours en utilisation aujourd’hui ».

« On comprend dès lors l’importance stratégique de la filière du recyclage », avance Thomas Derichebourg : « Elle permet non seulement de réduire les importations de matières premières et donc le déficit de la balance commerciale, mais aussi le développement d’emplois non délocalisables nécessaires aux opérations de collecte et de tri.»

L’audace au service de l’innovation

Pour lui, le Coopérathon est précisément le moyen d’aller plus loin dans la résolution de ces défis. « Aller chercher le pourcentage supplémentaire de recyclage est une tâche colossale. Mais notre environnement le mérite. Aujourd’hui dans le domaine de l’économie circulaire nous sommes en permanence à la recherche de technologies qui nous permettront de recycler et de valoriser toujours plus ».

Pour cela, il mise sur la rencontre et le partage d’idées et d’expériences au cours de ce mois de Coopérathon, « terreau de développement de solutions pérennes et profitable à tous ». Son ambition : le changement d’échelle pour des solutions audacieuses « De jeunes entreprises riches d’idées ont parfois besoin de rencontrer des industriels afin de faire passer leurs développements technologiques au stade industriel.»

Nous avons vécu cette expérience au Canada avec la start-up Effenco qui a équipé l’ensemble de nos camions de collecte de déchets ménagers d’une technologie permettant de réduire significativement la consommation en carburant et ainsi l’émission de gaz à effet de serre. « Nous espérons revivre ce type d’expérience et de développement avec ce Coopérathon. L’innovation au service de nos métiers, de nos collaborateurs et de nos clients est une recherche permanente » , conclut-il.

L’intelligence collective au cœur de l’organisation de l’entreprise

De la même manière il croit dur comme fer en l’intelligence collective, un précepte que l’on retrouve au cœur de son organisation. Il en veut pour exemple le modèle social de cette entreprise familiale, fondée par Daniel Derichebourg : « un homme de terrain aujourd’hui à la tête d’un groupe leader sur son marché ». « Cette trajectoire est fondatrice de nos valeurs » précise-t-il.

En matière de management, Il vante une ligne hiérarchique particulièrement courte entre les dirigeants et les équipes engagées sur le terrain. Une agilité qui se traduit au quotidien selon lui par une réactivité plus forte et des prises de décision plus rapides et efficaces. Un modèle fondé sur l’écoute et le respect, la proximité et la responsabilité.

« A tous les niveaux, nous comptons sur la responsabilité de chacun, c’est-à-dire son expertise, son professionnalisme et son sens du service. Une responsabilité individuelle que nous encourageons comme le moteur d’une vraie force collective ».

 

Une entreprise au service de ses collaborateurs et de l’intérêt général

« Pour le groupe, il ne saurait être question de protection de l’environnement sans y associer l’humain. C’est une question centrale et prioritaire pour nous, intégrée à nos objectifs de développement », explique-t-il, et de poursuivre : « Grâce à nos activités de terrain largement non délocalisables, Derichebourg participe très activement à la construction du vivre ensemble par l’intégration de la diversité de la société. »

  • Au 30 septembre 2017, le Groupe a atteint un taux d’emploi de travailleurs en situation de handicap de 6 %. Notre filiale Derichebourg Propreté qui s’était fixé un objectif de 7% a atteint les 7,32 %.En parallèle de nombreuses filiales travaillent avec des ESAT (établissements et services d’aide par le travail) et des EA (entreprises adaptées).

 

  • Le 23 octobre 2014, le groupe Derichebourg a confirmé son engagement en faveur de la diversité en signant la Charte de la Diversité au sein de l’Union Européenne. Nous avons confirmé ainsi notre volonté de poursuivre et de renforcer les actions qui sont menées à tous les niveaux de l’entreprise pour favoriser la diversité aussi bien dans le recrutement que dans la gestion des carrières.

 

  • Les managers du Groupe animent des équipes composées de salariés issus de 112 nationalités. Certaines filiales offrent à leurs salariés la possibilité de suivre des cursus de formations sur les savoirs de base et le français. Ces cursus ont des impacts positifs tant sur le plan personnel que professionnel :

 

Sur le plan personnel, ces formations facilitent la vie quotidienne des collaborateurs. Les démarches administratives deviennent plus faciles et ils peuvent aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Sur le plan professionnel, les salariés s’expriment et communiquent beaucoup plus facilement et peuvent avoir une plus grande autonomie sur leurs postes de travail.

 

  • Le Groupe accompagne le développement économique des territoires où il est implanté en prenant des engagements auprès de ses clients et en mettant en place des actions concrètes d’insertion par l’activité économique (IAE) et de retour à l’emploi.

 

Depuis le 15 septembre 2017, Derichebourg Multiservices a mis en place le dispositif d’arrondi sur salaire. Chaque mois, les collaborateurs ont la possibilité, s’ils le souhaitent, de soutenir une association en faisant un micro-don sur leur salaire, compris entre 0,5 et 5 euros. Derichebourg Multiservices double le montant de chaque don. C’est la co-solidarité employé-employeur.

 

Les associations ont été sélectionnées pour le sérieux de leur gestion et la qualité de leur projet à travers la fondation Epic. Cette fondation vise à travers un processus de sélection rigoureux à intégrer dans son portefeuille les associations ayant le plus fort impact social et sociétal auprès des jeunes. En contrepartie, Derichebourg Multiservices aide les enfants de certains de ses collaborateurs au travers des associations :

  • Simplon propose d’intégrer aux sélections les enfants des salariés qui souhaiteraient suivre les formations gratuites pour devenir développeurs web ;
  • Sport dans la Ville ouvre ses programmes aux enfants des collaborateurs afin de favoriser leur insertion professionnelle.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour