Une image de promotion pour la série Silicon Valley

Thomas Fauré : « Station F n’est qu’une image, une projection »

Le 19 janv. 2018

Station F ? Un concentré de grandes entreprises qui font croire aux gamins qu’ils seront tous le prochain Steve Jobs. L’Ecole 42 ? Une bande de déterrés, d’asociaux. Thomas Fauré, entrepreneur du net, n’a pas la langue dans sa poche quand il s’agit d’attaquer ceux que l’on présente comme les innovateurs d’aujourd’hui, et propose une alternative française à Facebook.

Après une carrière chez Bolloré et notamment chez Autolib, Thomas Fauré a lancé son propre réseau social, Whaller, censé lutter contre les dérives de Facebook, et contre le culte de la technique, du code au détriment de la culture.

Nous sommes dans l’ère de la « confusion mentale généralisée » selon Thomas Fauré. Penchés sur un feed Facebook qui privilégie la quantité - de likes, d’articles, de posts, d’amis - au lieu d’une forme de vérité, nous allons ivres sur la Toile. Les notifications n’ont fait que renforcer cet étourdissement. « La notification efface toute frontière. Elle permet la convocation à chaque instant de notre attention ». Et cette sollicitation sans hiérarchienous pouvons dans la même demi-heure lire une pensée philosophique et voir des photos du panda baptisé par Brigitte Macron -, fait de nous une génération en mal de notoriété, certaine de son pouvoir de créativité sous prétexte qu’il est plus facile que jamais de partager un contenu.

 

Les organismes qui s’érigent en facilitateur de créativité – Station F ou l’Ecole 42, pour ne pas les nommer -, ont d’ailleurs le don d’insupporter Thomas Fauré. « Ce ne sont que des images, des projections. En ce qui concerne Station F, c’est un concentré de grandes entreprises qui font croire aux gamins qu’ils seront tous le prochain Steve Jobs ». L’une des erreurs les plus répandues actuellement serait selon lui de biberonner les plus jeunes au code et de faire fi de la culture – y compris de la culture tech. « Les élèves qui sortent de 42 sont des déterrés, des asociaux de l’entreprise. Certes, ils savent coder. Mais ils ne savent pas interagir, ils ne comprennent pas la notion d’autorité qui doit permettre de faire grandir. Il faut remettre de la culture et de l’éducation dans nos entreprises technophiles ! »

 

Evidemment, cette charge contre les totems de l’innovation sert aussi sa proposition : inventer et imposer sur le long terme un réseau social qui préserve l’intimité et la concentration des internautes, en leur proposant des bulles de conversations étanches où l’on n’est pas dérangé-ée à chaque instant. Son petit nom ? Whaller. Lancé en 2013, le réseau semble doucement séduire des institutions, des écoles, et des entreprises, qui y voient un moyen de faire discuter les équipes sans trop d’intrusivité... et sans subir l’algorithme mystère de Facebook qui fait remonter des contenus sans que l’on sache vraiment comment ni pourquoi. Ce discours de la sérénité, du contact choisi et sécurisé séduit. « Nous ne voulons pas être un clone de Facebook, mais une vraie alternative qui puisse permettre de structurer l’ensemble des communications des organisations en France, dans un premier temps, en Europe par la suite et pourquoi pas ailleurs », annonce Thomas Fauré. Parmi les clients de Whaller, on retrouve Pôle Emploi, l’ISCOM, Centrale… Et la liste pourrait bien s’allonger dans les mois à venir, assure celui qui ne manque pas d’ambition.
Commentaires
  • Pour l'avoir utilisé pendant un long moment, Whaller est très loin d'arriver au niveau de Facebook. L'interface est loin d'être user friendly et il n'y a pas de plaisir à l'utiliser.
    De plus, je trouve son discours un peu présomptueux... Les fonctionnalités sont grandement inspirées des autres réseaux sociaux sans arriver au niveau.

    Au delà de cela, c'est bien d'envisager une alternative qui plus est française 🙂

  • Pour l'avoir utilisé pendant un long moment, Whaller est très loin d'arriver au niveau de Facebook. L'interface est loin d'être user friendly et il n'y a pas de plaisir à l'utiliser.
    De plus, je trouve son discours un peu présomptueux... Les fonctionnalités sont grandement inspirées des autres réseaux sociaux sans arriver au niveau.

    Au delà de cela, c'est bien d'envisager une alternative qui plus est française 🙂

  • Je n'ai pas utilisé Whaller, mais avec les derniers développements de Facebook, on n'ose même pas imaginer les dérives de demain. Hiérarchisation des contenus incompréhensibles, disparition de followers, nouvelles règles constantes, ce serait top d'avoir une alternative qui ne soit pas simplement institutionnelle...

  • Je n'ai pas utilisé Whaller, mais avec les derniers développements de Facebook, on n'ose même pas imaginer les dérives de demain. Hiérarchisation des contenus incompréhensibles, disparition de followers, nouvelles règles constantes, ce serait top d'avoir une alternative qui ne soit pas simplement institutionnelle...

  • Eh bien les "déterrés" de 42 qu'on a chez nous ne ressemblent pas beaucoup à la caricature que je lis ici. Pas du tout, même. D'abord les profils sont, contrairement à ce que laisse entendre cet article, extrêmement variés - s'il y a bien une école pas formattée, c'est celle là... certes il y a peu de cravates costards, mais pour le reste on trouve de tout. Et pour ce qui est de communiquer, je les trouve globalement plutôt très bon - y compris dans leur capacité à se faire une place parmi l'establishment de la grande entreprise dans laquelle je travaille.
    Bref critiquer c'est toujours très facile, et parfois fait de manière simpliste....

  • Eh bien les "déterrés" de 42 qu'on a chez nous ne ressemblent pas beaucoup à la caricature que je lis ici. Pas du tout, même. D'abord les profils sont, contrairement à ce que laisse entendre cet article, extrêmement variés - s'il y a bien une école pas formattée, c'est celle là... certes il y a peu de cravates costards, mais pour le reste on trouve de tout. Et pour ce qui est de communiquer, je les trouve globalement plutôt très bon - y compris dans leur capacité à se faire une place parmi l'establishment de la grande entreprise dans laquelle je travaille.
    Bref critiquer c'est toujours très facile, et parfois fait de manière simpliste....

  • Critique facile, mais surtout intéressée par son auteur. Certes, les dérives des réseaux sociaux et la récente étude liant la dopamine aux RS sont inquiétantes et à prendre en compte. Les alternatives toujours bienvenues. Mais la caricature des étudiants de 42... Sérieux, pour en connaitre pas mal, ça décrédibilise tout son discours déjà moyen. Coup de gueule oui, mais critiques vides et gratuites en totale déconnexion avec la réalité, non.

  • Critique facile, mais surtout intéressée par son auteur. Certes, les dérives des réseaux sociaux et la récente étude liant la dopamine aux RS sont inquiétantes et à prendre en compte. Les alternatives toujours bienvenues. Mais la caricature des étudiants de 42... Sérieux, pour en connaitre pas mal, ça décrédibilise tout son discours déjà moyen. Coup de gueule oui, mais critiques vides et gratuites en totale déconnexion avec la réalité, non.

  • Du vrai bullshit et provocation pour attirer l’intention sur son réseau social out daté, honteux ee critiquer facilement et généraliser encore une fois, vu son âge c’est dommage d’être a ce niveau encore!

  • Du vrai bullshit et provocation pour attirer l’intention sur son réseau social out daté, honteux ee critiquer facilement et généraliser encore une fois, vu son âge c’est dommage d’être a ce niveau encore!

  • Le petit monde du #mainstream et du #prêtàcoder s'excite ! C'est donc qu'il était vivant ! Alleluia ! Whaller est une plateforme qui n'a RIEN à voir avec facebook. Il faut juste avoir le courage de penser par soi même pour s'en rendre compte. Whaller a une vision qui est de redonner du contrôle aux utilisateurs sur leur activité numérique, afin qu'ils n'aient plus l'air de salsifis englués dans leur addiction aux réseaux. Mais pour les nerds de l'école 42, sortis de facebook qui les biberonne via l'écosystème et la station F (F comme quoi au fait ?), il n'y a rien. Chers codeurs de leçons, plongez-vous un peu dans Chateaubriand et Molière si vous voulez survivre dans un monde qui n'aura plus besoin de votre capacité de calcul. Bisous !

  • Le petit monde du #mainstream et du #prêtàcoder s'excite ! C'est donc qu'il était vivant ! Alleluia ! Whaller est une plateforme qui n'a RIEN à voir avec facebook. Il faut juste avoir le courage de penser par soi même pour s'en rendre compte. Whaller a une vision qui est de redonner du contrôle aux utilisateurs sur leur activité numérique, afin qu'ils n'aient plus l'air de salsifis englués dans leur addiction aux réseaux. Mais pour les nerds de l'école 42, sortis de facebook qui les biberonne via l'écosystème et la station F (F comme quoi au fait ?), il n'y a rien. Chers codeurs de leçons, plongez-vous un peu dans Chateaubriand et Molière si vous voulez survivre dans un monde qui n'aura plus besoin de votre capacité de calcul. Bisous !

  • Je trouve que whaller est super. c'est innovant et en tant qu'utilisateur de discord et skype je peux dire que l'interface est facile d'utilisation.

  • Je trouve que whaller est super. c'est innovant et en tant qu'utilisateur de discord et skype je peux dire que l'interface est facile d'utilisation.

  • dire que c'est comme facebook c'est abusé. whaller est différent de facebook. il est fait pour les entreprise et non pour les particulier comme facebook.

  • dire que c'est comme facebook c'est abusé. whaller est différent de facebook. il est fait pour les entreprise et non pour les particulier comme facebook.

  • J'ai bien lu vos commentaires et j'ai du mal à voir un rapport entre Facebook et Waller. Mon université nous impose Workplace by Facebook et ça n'est qu'un vulgaire facebook rebrandé. Aucune fonctionnalité pro, uniquement de quoi perdre de la productivité.
    Je connais mal Waller mais je vois déjà que c'est un outil de travail au même titre que du Slack, Dropbox ou Trello.

    Je ne sais pas pourquoi les entreprises choisissent Facebook Workplace c'est tellement inutile.

  • J'ai bien lu vos commentaires et j'ai du mal à voir un rapport entre Facebook et Waller. Mon université nous impose Workplace by Facebook et ça n'est qu'un vulgaire facebook rebrandé. Aucune fonctionnalité pro, uniquement de quoi perdre de la productivité.
    Je connais mal Waller mais je vois déjà que c'est un outil de travail au même titre que du Slack, Dropbox ou Trello.

    Je ne sais pas pourquoi les entreprises choisissent Facebook Workplace c'est tellement inutile.

  • C'est amusant mais je n'ai absolument le même ressenti avec les anciens de 42 avec qui je travaille. (Je m'occupe d'une équipe d'une douzaine de personnes dont 3 anciens de 42).
    Caricaturer des élèves et faire des généralités pour une école où justement il n'y aucun formatage (contrairement aux écoles d'ingé classiques), c'est pathétique et ca sent la vengence personnelle...

    Sinon on a le droit de dire que Whaller emprunte tout à FB et Yammer et finalement n'innove que très peu ?

  • C'est amusant mais je n'ai absolument le même ressenti avec les anciens de 42 avec qui je travaille. (Je m'occupe d'une équipe d'une douzaine de personnes dont 3 anciens de 42).
    Caricaturer des élèves et faire des généralités pour une école où justement il n'y aucun formatage (contrairement aux écoles d'ingé classiques), c'est pathétique et ca sent la vengence personnelle...

    Sinon on a le droit de dire que Whaller emprunte tout à FB et Yammer et finalement n'innove que très peu ?

  • Comment comparer Whaller et Facebook ??? Comment parler d'étudiants de 42 sans les avoirs tous rencontré ? Je trouve ces réactions digne d'un enfant.

  • Comment comparer Whaller et Facebook ??? Comment parler d'étudiants de 42 sans les avoirs tous rencontré ? Je trouve ces réactions digne d'un enfant.

  • Whaller est un bon produit, dommage qu'ils revendent vos données... Chose que Facebook s'est interdit de faire et qu'il soit impossible de s'y désinscrire...

    Dommage qu'elle ne soit pas assez grosse pour que le CNIL s'y interesse....

  • Whaller est un bon produit, dommage qu'ils revendent vos données... Chose que Facebook s'est interdit de faire et qu'il soit impossible de s'y désinscrire...

    Dommage qu'elle ne soit pas assez grosse pour que le CNIL s'y interesse....

  • Whaller ne revend pas les données de ses utilisateurs. C'est précisément ce qui le distingue de facebook. Comment pouvez-vous être assez malhonnête pour inverser les choses ainsi ? On dirait que ça vous fait plaisir de vous faire plumer vos données.

  • Whaller ne revend pas les données de ses utilisateurs. C'est précisément ce qui le distingue de facebook. Comment pouvez-vous être assez malhonnête pour inverser les choses ainsi ? On dirait que ça vous fait plaisir de vous faire plumer vos données.

  • Petite question, avez vous été en contact avec des étudiants de 42 ou visité l'école et/station F avant d'écrire votre article ? Avez vous contactez des entreprises qui embochais des étudiants de 42 ?

  • Petite question, avez vous été en contact avec des étudiants de 42 ou visité l'école et/station F avant d'écrire votre article ? Avez vous contactez des entreprises qui embochais des étudiants de 42 ?

  • C'est misérable. D'où vient cette haine si puissante ? Je connaît pas mal d'anciens 42, ils se sont tous très bien intégrés à leurs entreprises. Au lieu d'imposer votre étroite façon de penser et de traiter ces jeunes comme des calculettes ambulantes, intéressez vous à leur culture. Ils ont surement beaucoup de choses à vous apprendre 😉

  • C'est misérable. D'où vient cette haine si puissante ? Je connaît pas mal d'anciens 42, ils se sont tous très bien intégrés à leurs entreprises. Au lieu d'imposer votre étroite façon de penser et de traiter ces jeunes comme des calculettes ambulantes, intéressez vous à leur culture. Ils ont surement beaucoup de choses à vous apprendre 😉

  • La critique est uniquement bonne quand elle permet d'avancer ... celle-ci est gratuite, inutile et infondée !
    Cher Whaller, vous voulez révolutionner le monde des réseaux sociaux et faire un bras d'honneur au GAFAM ? Commencez peut être par proposer un produit fini, travaillé et réfléchi pour l'utilisateur au lieu d'en faire un fourre-tout de fonctionnalités esthétiquement limité ! Trello (2011), Slack (2014) y arrivent, pourquoi pas vous ? Ne soyez pas si français et faîtes nous honneur bon sang !

  • La critique est uniquement bonne quand elle permet d'avancer ... celle-ci est gratuite, inutile et infondée !
    Cher Whaller, vous voulez révolutionner le monde des réseaux sociaux et faire un bras d'honneur au GAFAM ? Commencez peut être par proposer un produit fini, travaillé et réfléchi pour l'utilisateur au lieu d'en faire un fourre-tout de fonctionnalités esthétiquement limité ! Trello (2011), Slack (2014) y arrivent, pourquoi pas vous ? Ne soyez pas si français et faîtes nous honneur bon sang !

  • Il a un problème avec Xavier Niel ou quoi? Il critique un milliardaire qui offre à des milliers de jeunes une formation gratuite qu'il désigne comme des "deterrés et asociaux". Critiquer - injustement - les autres pour faire parler de soi ou de soi ou de son produit, c'est lamentable comme stratégie marketing. Cela ne me donne même pas envie d'aller visiter le réseau social créé par un type aussi peu bienveillant vis-à-vis de son prochain.

  • Il a un problème avec Xavier Niel ou quoi? Il critique un milliardaire qui offre à des milliers de jeunes une formation gratuite qu'il désigne comme des "deterrés et asociaux". Critiquer - injustement - les autres pour faire parler de soi ou de soi ou de son produit, c'est lamentable comme stratégie marketing. Cela ne me donne même pas envie d'aller visiter le réseau social créé par un type aussi peu bienveillant vis-à-vis de son prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour