On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ?

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ?

Mercredi soir, en direct des plateaux de CNN, on l’a entendu gronder, la révolte. Au micro : Cameron Kasky, 17 ans, élève du lycée Marjory Stoneman Douglas où s’est déroulé le carnage dit de Parkland. Il était présent ce . Mais ce soir là, en face de lui : Marco Rubio, 47 ans, sénateur de Floride.

Le gamin s’est préparé à dégainer. Au politicien, bien campé sur ses pieds, il demande : « Pouvez-vous me dire tout de suite que vous n’accepterez pas un seul don de la NRA à l’avenir ? » La National Rifle Association, puissant lobby des armes, a versé des fonds à de très nombreux responsables politiques américains, dont Marco Rubio.

Il n’a pas terminé sa phrase que la salle se lève, bruyante, vibrante, des dizaines de personnes crient, applaudissent. Et ça dure. De longues secondes. Une putain de standing ovation ! Cameron Kasky ne se démonte pas. Il réclame le silence. Il veut entendre la réponse.

Elle sera très en deçà du happy end. Marco Rubio n’est pas le genre d’ami à entendre le vol noir des corbeaux sur nos plaines, ou les cris sourds du pays qu’on enchaîne. Blablabla… le politicien explique que la NRA soutient son programme et qu’ils sont bien en droit de le faire…

Dans la salle, on hurle encore, on invective. On sent monter la rage, celle qui déborde dans les tribunaux populaires.

Bon, évidemment, ce soir là, Cameron Kasky n’a rien obtenu de plus. Mais la génération des millennials nous a rappelé une chose très simple que savent les poètes, les insurgés, les révoltés : on n’est pas sérieux quand on a 17 ans… Et sénateurs et politiciens seraient bien inspirés de s’en souvenir.