Mauvaise semaine pour les DRH

Mauvaise semaine pour les DRH

“Organisons-nous pour ne pas subir le futur qu’ils nous préparent.” Ainsi s’achève une tribune parue sur Mediapart qui invitait ses lecteurs à venir “faire leur fête” aux participants du fort peu subversif 34ème congrès HR. Réunissant 200 DRH au Pré Catelan, l’événement propose  des échanges courtois autour de l’innovation. Mais les signataires de la tribune ne partageaient pas, mais alors pas du tout, le même intérêt pour les enjeux de la transformation numérique. Eux évoquent le chômage, “les suicides, le “burn out”, les dépressions”… Le grand raout s’est donc déroulé dans une nuée de CRS et les vapeurs de trois voitures brûlées. On peut s’étonner qu’un événement corporate puisse susciter un tel pic de violence. On peut dénoncer ces ultra gauche rétrogrades s’attaquant à des professionnels engagés vers le progrès. Mais on pourrait aussi en profiter pour constater le fossé qui se creuse entre deux mondes : ceux qui pensent l’innovation, et envisagent sereinement ses fractures, et ceux qui se prennent en pleine face ses fruits avariés. Et des fruits avariés, on en trouve dans tous les paniers. Par exemple, les résultats de l’analyse de l’environnement psychosocial réalisée chez Mondadori par le cabinet Actysens ne sont pas brillants. On y parle d’harcèlement, de violences verbales, et de burn-out. Bref. Nous qui prétendons que l’innovation va changer le monde, et misons que ce sera en mieux, nous posons-nous les bonnes questions ? Regardons-nous réellement la réalité telle qu’elle est vécue dans nos entreprises ? Est-ce que notre manière d’envisager les “ressources”, humaines entre autre, ne mène-t-elle pas à leur épuisement ? Il serait intéressant d’ajouter ces sujets aux programmes de nos rencontres.