L’année sera crypto, et elle a trouvé ses deux héros

L’année sera crypto, et elle a trouvé ses deux héros

À l’affiche de janvier, deux des personnalités les plus remarquables du numérique. D’un côté le russe Pavel Durov, cofondateur de Telegram, la messagerie chiffrée. De l’autre, son équivalent américain, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook. Ils ont le même âge, des parcours étrangement similaires, et l’un comme l’autre ont débuté l’année par des déclarations fracassantes qui surfent clairement sur la même vague. Ils veulent donner un gros coup d’accélérateur aux systèmes décentralisés, entendons, pour faire court, à la blockchain.

En la matière, Pavel Durov a évidemment un coup d’avance. Telegram repose par essence sur ce type de techno. Mais il souhaite aller plus loin. Il a annoncé vouloir lever 3 à 5 milliards de dollars ! Pour quoi faire ? Lancer sa propre cryptomonnaie… Elle a déjà son petit nom – le Gram – et permettra aux utilisateurs de Telegram – 180 millions à ce jour – d’organiser, tranquilles, leur petit écosystème marchand parallèle aux réglementations internationales.

Pendant ce temps là, Mark a annoncé travailler sur les mêmes chantiers. Dans un post publié le 4 janvier dernier, il déclarait : « …beaucoup de gens croient maintenant que la technologie centralise le pouvoir plutôt qu’il ne le décentralise. Il existe d’importantes contre-tendances – comme le chiffrement et la crypto-monnaie – qui prennent le pouvoir des systèmes centralisés et le remettent entre les mains des gens. Mais ils viennent avec le risque d’être plus difficile à contrôler. Je veux approfondir et étudier les aspects positifs et négatifs de ces technologies, et comment les utiliser au mieux dans nos services. »

Donc nous nous retrouvons avec deux dirigeants de réseaux comptant plus de membres que la plupart des nations, en train de réfléchir à construire sur la toile des États d’un genre nouveau : sans commandement centralisé, difficiles à soumettre aux règlements internationaux, mais pouvant frapper leur propre monnaie…

2018 sera crypto, et on aurait intérêt à décrypter fissa les incidences que cette nouvelle ère du Net nous réserve.

Une sorte de signal faible, mais alors qui se serait greffé un énorme gyrophare sur le casque.