bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
mamie

Nos grands-mères, ces nouvelles icônes food

Le 26 mars 2018

Des startups qui emploient des cuisinières de plus de 60 ans aux marques qui font des papis-mamies leurs égéries, en passant par les prénoms anciens qui fleurissent sur les devantures des restaurants… Mémé s’impose comme l’influenceuse food à ne pas louper.

L’agence Logic Design l’a bien remarqué : la tendance « granny » tient une place de choix dans nos assiettes. A l’ère du digital et de la virtualité qui nous déconnecte du monde réel et tangible, le retour aux sources est devenu un véritable besoin partagé sur plusieurs générations, des millenials aux plus âgé·e·s. Résultat : Mère-Grand s’offre le devant de la scène.

Mamie joue les égéries

Le manque de confiance manifeste dans les marques alimentaires et notre appétit grandissant pour le fait maison contribuent à un retour engagé vers la cuisine traditionnelle.

Pour faire communication honorable, certaines marques ajoutent alors quelques bougies à leurs égéries. En exemple : Tipiak, bien sûr, qui a fait de ses trois grands-mères bretonnes une véritable saga, mais aussi plus récemment Charal et Coca-Cola qui renversent les clichés sur la vieillesse dans leur dernière campagne télévisuelle.

Tipiak
Charal - Vivons fort
Coca-Cola

Mamie monte une startup

Surfant sur la vague, certaines startups imaginent des concepts autour de nos aïeux. Nos Grands Mère ont du Talent par exemple, propose des bons petits plats imaginés et cuisinés par des seniors, dans 4 gares d’Île-de-France. Il y a quelques mois, l’entreprise a même lancé sa chaîne Youtube avec les tutos recettes de Mamie B.

Le service de traiteur Mamie Foodie aussi met à l’honneur la cuisine de nos grands-mères. Cette fois, ce sont réellement les grands-parents qui passent derrière les fourneaux et régalent entre autres des entreprises comme Orange et Les Galeries Lafayette, mais aussi Le Ministère de l’Economie et des Finances ou encore La Ruche Qui Dit Oui.

Mamie a des étoiles plein les yeux

Côté grands restaurants aussi, la popote de mamie est à la pointe de la gastronomie. Dans le sillage d’Anne-Sophie Pic et son restaurant André, de nombreux et nombreuses chef·fe·s baptisent leur établissement en s’inspirant de prénoms anciens, souvent empruntés à leurs propres ancêtres. Albertine et Louison pour Gérald Passédat, Odette pour Julien Royer ou encore Paulette pour l’ex-candidat Top Chef Grégory Cuilleron.

A Paris, les restaurants Marcel font un carton et les fast-foods ne sont pas en reste, coucou Big Fernand !

Mamie tourne une série

Parce que la cuisine est aussi un acte de transmission, le réalisateur Jonas Parienté a voulu donner la parole à la mémoire gourmande de chaque famille. Pour sa série-documentaire participative Grandma’s Project, il a invité les réal du monde entier à filmer leurs grands-mères dans leur cuisine, pour partager une recette, des souvenirs, et beaucoup d’émotions.
Grandmas Project – Molokheya
Certaines de ces héroïnes retrouvent devant la caméra le goût oublié de plats qu’elles n’avaient plus cuisiner depuis longtemps, d’autres racontent leur rêve avorté de faire des études parce qu’elles ont été condamnée à rester à la maison par un père ou un mari. D’autres expliquent encore, une carotte à la main, comment les camps nazis leur ont appris à éplucher les légumes avec méthode…

Un très beau projet qui méritait bien un patronage de l’UNESCO en 2016, pour son travail visant à « sensibiliser le grand public au patrimoine culturel immatériel par le biais d’outils numérique ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour