L'essentiel de la COM'
27 août 2014
Accueil /  / Timelines vs Facebook: celui qui a dit "nom"!

Timelines vs Facebook: celui qui a dit "nom"!

TRIBUNE
Timelines vs Facebook: celui qui a dit

Une petite entreprise de Chicago, Timelines, est en conflit avec Facebook pour utilisation abusive de la marque "Timeline", du nom du nouveau service du réseau social. Par François Kermoal.

A qui appartient Timeline ? En septembre 2011, une petite entreprise de Chicago, Timelines (@timelines), annonçait qu'elle allait poursuivre Facebook pour utilisation abusive de son nom. Timelines.com, un site communautaire de contenus destiné aux passionnés d'histoire, possède en effet cette marque depuis le lancement de son site, en 2008. Or, c'est aussi le nom choisi par Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, pour baptiser le nouveau profil Facebook proposé aux utilisateurs du réseau social. Pour l'instant, les deux compagnies n'ont pas réussi à s'entendre. Elles se sont juste rencontrées cette semaine pour fixer les modalités de la procédure judiciaire en cours.

 

Chez Facebook, on soutient que le mot - qui signifie "chronologie" en Français- est trop courant pour être protégé. Timelines affirme de son côté que c'est tout l'avenir de son business qui est en jeu. La société, qui possède par ailleurs une page de fans sur Facebook (!) explique d'ailleurs sur une page de son site les raisons de sa démarche.

Ce genre de contentieux, on le sait, est classique, les conflits entre marques tendant à se multiplier. Ils se résument souvent à l'histoire du pot de fer (Facebook, dans ce cas) contre le pot de terre (Timelines), le premier estimant qu'il peut passer en force. A l'arrivée, c'est a priori celui qui a l'antériorité d'une marque qui a gain de cause. Dans bien des conflits, ce sont les grandes entreprises qui sont à l'origine de la procédure, Facebook n'étant d'ailleurs pas la dernière à protéger son capital marques...

 

Dans le cas présent, le débat portera sur la banalité d'un mot comme "timeline". A-t-on le droit de le protéger en tant que marque? Les noms communs sont difficiles à protéger. De la même manière qu'il est impossible de déposer un mot comme "L'Entreprise", par exemple... On peut juste déposer une représentation de la marque, un logotype, par exemple.

Reste qu'en devenant des marques, certains mots à priori très banals, comme ce mot de "chronologie ", prennent soudain beaucoup de valeur. Ironie de l'histoire, c'est surtout Facebook, en le choisissant, qui lui a donné de l'intérêt, bref, qui en fait une marque. Et qui plus est planétaire. Comme son "wall" (mur) ou ses "friends" (amis), des mots du langage courant dont le sens a clairement changé depuis le succès du réseau social.

 

A l'inverse, certains mots, quasiment inconnus quand ils ont été déposés, ont été des marques avant de devenir des... mots. Qui sait qu'en France, "newsletter" est une marque déposée depuis plus de vingt-cinq ans? En 2012, le mot fait tellement partie du langage courant des médias que l'on imagine mal demander l'autorisation avant de l'utiliser. Mais en 1985, c'était un mot neuf. Et donc une marque originale.

L'affaire Timelines vs Facebook pourrait être jugée en 2012 voire 2013. Sous réserve qu'elle soit menée à son terme: Facebook est tellement riche, que rares sont ceux qui voient cette procédure donner lieu à un procès. Le jackpot pour Timelines ? C'est une autre histoire...

 

 

François Kermoal est directeur de la rédaction du magazine l'Entreprise.

 

Nos Formations
Cliquez ici.