L'essentiel de la COM'
20 octobre 2014
AccueilQuand je serai grand, je serai "data scientist"

Quand je serai grand, je serai "data scientist"

Quand je serai grand, je serai

Avec l'explosion des datas (données), le métier de "data scientist", traduisez analyste des données, devrait devenir le job le plus tendance du XXIè siècle. C'est ce que disent les Américains. Par François Kermoal.

"Quand je serai grand, je serai data scientist ". Il y a encore peu de chance pour que ce soir, votre petit dernier vous déclare ainsi ses plans pour son futur professionnel mais ça ne saurait tarder... La fonction de data scientist, que l'on peut traduire par scientifique de données, analyste de données ou, de façon plus prosaïque, chargé d'études (!), même si c'est beaucoup moins chic, fait un malheur aux Etats-Unis, selon la revue du MIT - Massachusetts Institute of Technology. Ainsi, les entreprises américaines se battraient pour recruter ces nouveaux profils et on ne compte plus les universités ou écoles qui proposent des formations à ce nouveau métier dans leur cursus. Dans un article récent sur le sujet, la Harvard Business Review décrit même la fonction comme "la plus sexy du XXIè siècle". Rien de moins.

La mission d'un data scientist ? Récupérer les milliers, voir les millions d'informations désormais disponibles grâce à Internet sur les consommateurs, et essayer d'en tirer, sinon une stratégie pour son entreprise, au moins quelques actions concrètes à mettre en oeuvre. Et avec l'explosion du "Big Data ", inutile de préciser qu'il va y avoir du travail. Sans rentrer dans les détails, on sait que les entreprises ont désormais à leur disposition des tonnes et des tonnes de données via le Web ou les smartphones sur ceux (c'est à dire nous) qui sont susceptibles de s'intéresser à leur(s) produit(s).

MIT Technology Review rappelle que le terme "data scientist" a été inventé en 2008 dans la Silicon Valley, par deux analystes employés par LinkedIn et Facebook. Puis il a fait école, à tel point que le business modèle de nombreuses start-up repose justement sur leur capacité à analyser d'énormes quantités d'informations.

Les entreprises spécialisées dans la gestion des risques, comme les compagnies d'assurance, par exemple, développent aussi des modèles de prédictions à partir des données qu'elles recueillent.

Si vous souhaitez devenir data scientist, sachez qu'il vous faudra un bon bagage scientifique et/ou informatique (savoir compter et coder, ça aide...) ainsi qu'une bonne dose de créativité pour tirer le meilleur parti de tous ces chiffres. Le site Internet Kaggle, qui recense plusieurs milliers de professionnels de la data pour les mettre à disposition des entreprises, organise par exemple des concours de créativité, le gagnant étant celui qui arrive à tirer le meilleur d'une masse d'informations donnée. Vous avez dit sexy?

 

 

François Kermoal est directeur de la rédaction du magazine l'Entreprise.

Suivez François Kermoal sur Twitter

LES ARTICLES À DECOUVRIR
Privacy : les appli en question
LA TRIBUNE avec EBUZZING Privacy : les appli en question
La renouveau de L'Obs
MEDIA avec OnlinePrinters La renouveau de L'Obs
Flat design VS flat design
LA TRIBUNE avec ULTRANOIR Flat design VS flat design
Cliquez ici.