LES SÉQUENCES
DE L’INNOVATION
Marketing, com', pub'
AccueilQuand l'entreprise s'engage

Quand l'entreprise s'engage

Quand l'entreprise s'engage

L’entreprise peut faire preuve d'éthique en appréhendant constamment l’impact de son activité sur son écosystème. Michel et Augustin n'hésite pas à le faire. Explications dans une tribune signée Uzful.

A l’opposé de la désinvolture, la conscience du sens commun reflète une ambition pour l’avenir. L’art d’engager autour d’actions durables, requiert une vision à long terme, de solides arguments, et une confiance totale des collaborateurs, particulièrement ceux qui incarnent l'entreprise. Si 91% des consommateurs* sont prêts à changer de marque pour une autre liée à une bonne cause, à prix et qualité équivalents, ils sont toujours plus conscients des faux semblants. Et cette conscience fédère aussi bien les publics externes qu’internes.

 

Charlotte C., Responsable du Contenu chez Michel et Augustin, nous parle des engagements de cette marque beaucoup plus consciente qu’elle en a l’air. Bien que Michel et Augustin se prenne peu au sérieux, elle s'avère très engagée car elle s’implique dans des actions porteuses de sens, et met ses collaborateurs à contribution. Loin de se donner bonne conscience, l’entreprise fait preuve d’empathie et agit. Elle joue sur l’humour et la dérision pour faire passer des messages auxquels elle croit. Quand la responsabilité est intégrée, pas besoin de département RSE, ni de surenchère. L’entreprise repose sur une notion simple : la conscience de soi, celle d'autrui et de tout ce qui l’entoure ; c'est ce qui touche à la fois le consommateur, le collaborateur, et le citoyen qui éprouvent le besoin de revenir à des valeurs humanistes.

 

Une consommation plus responsable, gourmande, tout en faisant “sourire la planète”, voilà la mission de Michel et Augustin : “Nous nous sommes donné d’autres défis pour essayer de changer le monde. Faire du local quand on élabore une recette, être attentif aux matériaux utilisés, se poser des questions autour des déplacements. Nous tendons à faire quelque chose de positif, de souriant, d’humain. Tout ce qui est pensé chez nous, est issu de la volonté d'être proche des gens.” En parlant de bien-être et de bien manger, la marque fait le pari de se démarquer, et montre qu’il existe une alternative même dans la grande distribution. La qualité des produits et le respect des personnes attirent l’affection du public qui les suit volontiers.

 

Concernant le cœur de métier, tout collaborateur le connaît parfaitement. “100 % des employés sont formés à la pâtisserie, c’est une volonté de s’assurer qu’ils comprennent la réalité du métier et notre philosophie gourmande.” Cela permet aussi d’ériger les collaborateurs en ambassadeurs. Pour rejoindre les trublions, l’affinité avec l’esprit de l’entreprise est essentielle. “Nous regardons si les candidats ont ce sens de la vie, de l’écoute, de l’effort, s’ils sont attentifs à l’environnement. C’est une entreprise avec de vrais morceaux de gens dedans à qui nos clients peuvent s’identifier”.

 

La qualité des ingrédients est un critère avec lequel Michel et Augustin ne badine pas. La plupart des fournisseurs est basée en France, une façon de soutenir le local et d’obtenir des produits de qualité : “Il y a beaucoup d’usines en France, en sous-exploitation.”. Il faut néanmoins savoir dénicher les bons producteurs pour obtenir la meilleure qualité. “Nous cherchons des expertises les plus locales possibles, et nous voulons les accompagner avec une relation de proximité. Nos chefs de produit passent 50 % de leur temps sur le lieu de production, et travaillent main dans la main ”.

 

Exister en soutenant des causes chères à l’entreprise. À travers son soutien auprès d’associations de lutte contre l’exclusion comme Bouée d’Espoir ou Lazare, l’entreprise s’engage dans la vie de la cité. Elle crée même en 2009 sa propre association au service des entrepreneurs en recherche de bureau : Le bureau d’Ambroise. En 2012, ils lancent la campagne "La différence est une Chance" en faveur des personnes touchées par la trisomie 21 dont la fille d’Augustin est atteinte. En 2013, la société part en campagne pour retrouver un médecin de village. Enfin, l’entreprise s’implique dans la ville où elle siège avec le projet 100 triporteurs dans Boulogne Billancourt : “Nous voulions développer l’écomobilité. Ça a bien marché, on a vendu plus de 50 triporteurs." D’ailleurs, dans le futur, le projet pourrait prendre de l’ampleur et se déployer à un niveau national, dans 9 grandes agglomérations françaises.

 

Une tribune de l'agence Uzful

ARTICLES À DECOUVRIR
MultiScreen Report 2016
MEDIA MEDIUM avec ExterionMedia MultiScreen Report 2016
New-York s’attaque aux tickets bots
DATAS DATAS avec Les Echosmédias New-York s’attaque aux tickets bots
Le consommateur est mort. Vive l’individu !
Brand & Customer Marketing avec Loyalty Company Le consommateur est mort. Vive l’individu !
Le groupe d'après
Tous les jours, faire passer l'actualité de la com'
Repérer ce qui change, souffler sur ce qui bouge, souligner les tendances, faire le plein de contacts.
Cliquez ici.