L'essentiel de la COM'
01 septembre 2014
Accueil /  / Le coup de gueule d'Uber

Le coup de gueule d'Uber

MARQUE
Le coup de gueule d'Uber

Le délai d'attente de 15 minutes souhaité par le Gouvernement a fortement agacé Uber, le service de chauffeur privé. Son directeur France, Pierre-Dimitri Gore-Coty s'insurge et a lancé une pétition qui fait le buzz.

Rappelons les faits : Fin 2011, l’américain Uber débarque dans la capitale avec une application mobile permettant de réserver son chauffeur en deux clics et régler sa course sans sortir son portefeuille et chercher sa monnaie.

Le manque de taxi à certaines heures de la nuit dans Paris, a laissé à Uber une place non négligeable sur ce marché. Les clients payent plus cher mais sont certains de regagner leurs pénates en pleine nuit et dans de bonnes conditions.  

Depuis, LeCab, Chauffeur Privé, les Voitures Jaunes se sont lancés et même si la promesse n’est pas forcément identique, il n’en demeure pas moins que les taxis ont commencé à voir rouge, car la journée certaines entreprises aussi les ont délaissées pour ces chauffeurs privées.

Par conséquent la profession des taxis est montée au front et a visiblement eu gain de cause contre les VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur). Le gouvernement a en effet mis au pli ces derniers en leur demandant à compter du 1er janvier 2014 de respecter un délai de 15 minutes pour la prise en charge effective de ses clients.

Pierre-Dimitri Gore-Coty, le directeur France d'Uber ne partage pas le même avis que celui du Gouvernement et a déclaré hier son mécontentement avec une pétition nommée « Sauvons Uber ». Par mail, il demande clairement le soutien des utilisateurs du service et leur propose d’envoyer aux membres du Gouvernement des tweets et mails pré-remplis « @manuelvalls Je soutiens @Uber_Paris et demande l’annulation du délai des 15 minutes ! #SauvonsUber ». Une façon maline de faire monter le buzz, ce qui fût le cas hier soir sur le réseau social Twitter 

Extrait de la pétition : « Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il vous faire attendre plus longtemps pour une voiture qui se trouve sur le pas de votre porte ? Pourquoi tuer l’innovation et le progrès, et priver de la sorte des milliers de chauffeurs d’une opportunité professionnelle ? Parce que la puissante industrie des taxis exerce une pression menaçante pour défendre ses intérêts privés au détriment des habitants de notre capitale. »

Mais finalement est-ce que cette mesure est véritablement un handicap pour ces services de chauffeur privé, dont le temps d’attente approche les 10 minutes ? « Le fond du problème, ce n’est pas la mesure, mais le fait qu’un lobby nous impose une mesure contraignante sans nous inviter dans des discussions. C’est une mesure qui serait contre-productive. Aujourd’hui aucune loi n’est actée mais nous voudrions une discussion publique sur le sujet » nous répond, Alexandre Mallo, directeur de Uber Lyon,  joint par téléphone.

En effet, car dans la balance, de l’argent et des emplois sont en jeu autant côté VTC que taxis. « Uber en France, c’est 8 personnes, nous sommes une entreprise innovante qui crée des emplois. Nous travaillons avec des centaines de chauffeurs partenaires et réalisons plus d’une dizaine de milliers de courses chaque mois. » précise Alexandre Mallo.

Une chose est sûre, les quelques 17 000 taxis présents à Paris n’ont pas réussi à satisfaire les demandes des usagers d’où le succès grandissant des VTC qui se multiplient et qui offrent une alternative plus confortable, un service plus qualitatif et il est vrai, plus innovant car adapté aux changements d’usages provoqués par le mobile.

Ce succès des VTC ne serait-il pas quelque part un signe de défiance de la part des usagers envers ces taxis, dont l'appareil à carte bleue est souvent en panne et le sourire s'est  envolé avec le prix de cette licence de taxi qui les prend à la gorge?

 

Virginie Achouch


Cliquez ici.