LES SÉQUENCES
DE L’INNOVATION
Marketing, com', pub'
AccueilLes jeunes se mefient des nouvelles technologies

Les jeunes se mefient des nouvelles technologies

Les jeunes se mefient des nouvelles technologies

Si les jeunes sont relativement méfiants envers la technologie, les femmes françaises de plus de 45 ans sont beaucoup plus optimistes. Des résultats étonnants dévoilés par une étude d’Intel.

Cette nouvelle étude, commandée par Intel Corporation et conduite par Penn Schoen Berland, examine les attitudes face à l'innovation technologique et s’interroge sur les changements d’attitude qu'elle provoque.

Elle révèle un portrait des jeunes contradictoire avec leur réputation de « natifs du numérique », jamais rassasiés de technologies. 70 % des jeunes adultes français évoquent une trop grande dépendance à la technologie, et 83 % d'entre eux affirment qu'elle nous rend moins humains. De plus, moins de la moitié des jeunes Français pense que la technologie améliore leurs relations personnelles (49 %). Ils ont moins d'espoir que leurs homologues ailleurs dans le monde que l'innovation ait un impact positif sur l'innovation (34 %), les transports (35 %) ou la santé (31 %). 

En France, cette génération est plus attentive à la protection de ses informations personnelles qu'ailleurs dans le monde ; 63 % sont prêts à partager leur date de naissance, mais seuls 35 % d'entre eux accepte de partager leur historique GPS, et 41 % leur achats en ligne. Les jeunes du millénaire désirent que les technologies futures rendent leurs vies meilleures, plus simples et plus amusantes. 86% d'entre eux pensent que l'innovation technologique rend la vie plus simple, et plus d'un tiers croit que la technologie devrait mieux les connaître, en apprenant de leurs comportements et de leurs préférences.

Parmi les jeunes Français du millénaire, 85 % pensent également qu'elle rend leurs vies plus simple, et 47 % qu'elle devrait apprendre d'eux et de leurs comportements ce qui témoigne du désir d'expériences leur permettant de rester dans l'instant présent et de tirer le meilleur d'eux-mêmes. 

 

L'enquête révèle néanmoins un grand enthousiasme pour le rôle de la technologie dans l’existence de la part des femmes de plus de 45 ans et de celles qui vivent dans les pays émergents. Elles ont également une grande tendance à dire que la technologie nous rend plus humains, et nous permet d'approfondir nos relations. 

 

Ces femmes fans de technologies sont encore plus nombreuses sur les marchés émergents comme la Chine, où plus de 70 % des femmes de plus de 45 ans affirment que nous n'utilisons pas assez les technologies. Les femmes sur les marchés émergents pensent que les innovations conduiront à une meilleure éducation (66 % contre 31% des femmes en France), de meilleurs transports (58 % vs 32%), de meilleures conditions de travail (57 % vs 38%) et une meilleure santé (56 % vs 36%). Elles sont prêtes à adopter des technologies que d'autres considèrent comme trop personnelles, pour améliorer leurs expériences: des logiciels qui suivent leurs habitudes de travail (86 % vs 57%), qui surveillent les comportements d'étude des étudiants (88 % vs 76%) et même des toilettes intelligentes qui suivent leur santé (77 % vs 54%).

 

L'étude révèle également que les personnes à fort revenu sont les plus susceptibles de partager anonymement leurs données, comme les résultats de tests en labo ou les informations sur leurs voyages. Elles sont également plus susceptibles d'utiliser la technologie de façon régulière. En France, les individus aux revenus moyens affichent une tendance légèrement plus haute (77 %) que ceux dotés de revenus plus bas (72 %) et de revenus plus hauts (73%) à accepter de partager anonymement des résultats de laboratoire pour la recherche.

Il est également possible de renforcer le partage en en démontrant les aspects positifs spécifiques. La volonté de partage des Français à plus faibles revenus s'accroît de 10 % quand les coûts médicaux sont plus bas, 12 % lorsqu'il s'agit de réduire le coût du système de santé dans sa globalité, et 13 % lorsqu'il s'agit d'améliorer les traitements ou la prévention pour les gens au profil génétique similaire.

 

Cette enquête a été conduite en ligne au Brésil, en Chine, France, en Inde, en Indonésie, en Italie, au Japon et aux Etats-Unis, du 28 juillet au 15 août 2013.

Tags : Intel
ARTICLES À DECOUVRIR
Boulanger dans le pétrin
L’OMNICANAL avec The LINKS Boulanger dans le pétrin
Le groupe d'après
Tous les jours, faire passer l'actualité de la com'
Repérer ce qui change, souffler sur ce qui bouge, souligner les tendances, faire le plein de contacts.
Cliquez ici.