L'essentiel de la COM'
17 avril 2014
Accueil /  / Big Brother au cœur de nos vitrines

Big Brother au cœur de nos vitrines

INNOVATION
Big Brother au cœur de nos vitrines

La société italienne Almax a mis au point un modèle de mannequin qui filme les clients. Une manière de récupérer des informations sur leurs attentes et leurs profils ... What a wonderful world !

Il s’agit du EyeSee Mannequin. Au-delà du fait de promouvoir les collections et d’inciter les passants à entrer en magasins, celui-ci les observe. Il révèle au propriétaire des détails précis au sujet de sa clientèle : tranche d'âge, sexe, pays d’origine, nombre de personnes et temps passé sur site.
 
La tête du EyeSee Mannequin contient une caméra spéciale reliée à un logiciel. Celui-ci analyse les traits de visage, par un système de reconnaissance faciale, et fournit des informations statistiques et contextuelles utiles pour l'élaboration de stratégies de marketing ciblées. Le logiciel peut également fournir d'autres données telles que le nombre de personnes passant devant une vitrine à certains moments de la journée.

Ce système, installé dans les vitrines de décembre l’an dernier, a permis de déterminer que lors des deux premiers jours des soldes, les hommes ont dépensé plus que les femmes. Un vendeur de prêt-à-porter, lui, s’est rendu compte que les enfants représentaient plus de la moitié de son trafic l’après-midi. Un autre magasin a appris qu'un tiers de ses visiteurs après 16 heures étaient asiatiques : il a donc recruté du personnel parlant le chinois.

Le coût de cette installation est de 4 000 euros. Le EyeSee Mannequin se vend aujourd’hui en Europe et aux USA. Selon Max Catanese, CEO d’Almax, cinq grandes entreprises ont actuellement recours à ce genre de mannequins sur l’ensemble de leur chaine. Ces enseignes souhaitent néanmoins rester anonymes.

Un système efficace qui soulève tout de même quelques questions éthiques. Les États-Unis et l'Union européenne ne prévoit l'utilisation de caméras qu’à des fins sécuritaires. Observer les gens uniquement à des fins commerciales pourrait briser les règles et être considéré comme une collecte de données personnelles sans consentement, explique Christopher Mesnooh de Field Fisher Waterhouse à Paris.

Des dérives qui ne semblent pourtant pas effrayer Almax. La firme a même imaginé rajouter des « oreilles » au mannequin : par un système de reconnaissance vocale, les termes utilisés par les clients seraient utilisés afin d’en extraire les codes. Elle envisage également d'ajouter des écrans à côté des mannequins pour inciter les clients à y ajouter des informations sur leurs produits préférés.

Les clients du EyeSee Mannequin ne sont pas en reste question imagination. Certains ont demandé à Almax d'ajouter une fonction de surveillance des employés ou de créer un système de récompense automatique pour les clients les plus fidèles.

 

Que ceux que cette innovation laisse dubitatif se rassure au moins sur un point : les mannequins sont fabriqués en produit recyclables et sont donc parfaitement éco responsables. Ouf !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : Italie, Almax

Cliquez ici.