LES SÉQUENCES
DE L’INNOVATION
22 octobre 2014
AccueilQui souffle le tweet provoque le bashing

Qui souffle le tweet provoque le bashing

Qui souffle le tweet provoque le bashing

Quand la police de New York se tire une balle dans le pied... en invitant les citoyens, sur Twitter, à poster des photos témoins de leur travail de proximité, le hashtag #myNYPD a récolté une série de photos accablantes.

«Avez-vous une photo avec un membre de la police ? Twittez-la avec le hashtag #myNYPD. Elle sera peut-être mise sur notre page Facebook.»


Mardi soir, avec ce tweet, la police de New York (NYPD) a invité les internautes à se mettre en scène en sa compagnie sur Twitter : elle les a donc priés de poster des photos illustrant la proximité qui existe entre la NYPD et les new yorkais sur le réseau social, via le hashtag #myNYPD. Une proximité protectrice et rassurante selon la police qui n’a visiblement pas la même opinion que ses concitoyens à ce sujet : si quelques internautes ont joué le jeu de la photo de famille bien sympathique, entourés de policiers, la majorité a profité de cette brèche trop rarement ouverte pour dénoncer les violences ordinaires.

Des images de brutalités et de violences se sont ainsi succédées sur la toile mettant en scène un vieil homme la visage en sang pour avoir traversé en dehors du passage piéton, des manifestants pacifiques sur lesquels la police charge ou encore de jeunes noirs violentés. Des images rehaussées de petites phrases assassines :

«Ici, le NYPD s’engage avec les membres de sa communauté à changer les cœurs et les esprits à coups de matraque répétés».
« Le NYPD écrase la colonne vertébrale d'un homme noir. Celui-ci a perdu toute sensation en dessous de son cou».
«Vous avez besoin qu’on vous emmène quelque part ? La police est là, livraison gratuite, seulement à #myNYPD
», illustre une photo de trois policiers transportant un manifestant par les pieds et les mains.

 

Un véritable chaos en termes de communication pour la NYPD qui n’aura pas réussi ici à redorer son image. Difficile de jouer le jeu de la transparence quand on n'en maîtrise pas tous les codes. Dans son message initial, la police new yorkaise avait émis la possibilité de relayer une des photos postées par les internautes sur sa page Facebook. Pour l’instant, leur page ne fait aucun état de cette ‘campagne’. A suivre de très près donc…

 


LES ARTICLES À DECOUVRIR
Flat design VS flat design
LA TRIBUNE avec ULTRANOIR Flat design VS flat design
Privacy : les appli en question
LA TRIBUNE avec EBUZZING Privacy : les appli en question
Paris dépasse NYC en followers Twitter
MEDIA avec OnlinePrinters Paris dépasse NYC en followers Twitter
Cliquez ici.