L'essentiel de la COM'
23 septembre 2014
Accueil /  / Le compte hacké de Burger King

Le compte hacké de Burger King

DANS LE MONDE
Le compte hacké de Burger King

Des petits malins ont piraté le compte Twitter de Burger King pour le rebaptiser McDonalds. Un canular qui a tout de même duré quelques heures et amusé les twittos.

Lundi dernier, le compte officiel Twitter de Burger King s’est vu attribué le logo et une image de la chaîne de fast-food concurrente McDonald’s. Seul subsistait l’indication @BurgerKing.  La raison invoquée par les hackers : puisque le Whopper (hamburger phare de la chaîne de restauration rapide) a fait un flop, le compte officiel de Burger King USA a été revendu à McDonalds.
 
Le compte a été suspendu en début de soirée, mais force est de constater que le nombre de followers est passé de 85.000 à 110.000 abonnés durant la mascarade. On peut s'étonner de la facilité avec laquelle on peut pirater le compte Twitter d’une marque. Celui-ci est resté une heure et quart sous le contrôle des hackers, juste le temps d’envoyer une foule de tweets offensifs, qui ont rapidement été retweeté des milliers de fois.
 
Les coupables n’ont toujours pas été désignés. Certains noms circulent comme @ DFNCTSC (Defonic Team Screen Name Club) : ce groupe de hackers avait été soupçonnés en 2005 du piratage du carnet d’adresses de Paris Hilton via son téléphone Side Kick II. Autres soupçons également sur @YourAnonNews : le pirates ont invité les internautes à suivre ce compte ; peu de temps après un tweet de @ YourAnonNews déclarait que «le roi a été détrôné ».
 
McDonald’s a affirmé, quant à lui, n’y être pour rien et a assuré son concurrent de son soutien sur son propre compte Twitter: "Nous compatissons avec nos collègues de @BurgerKing. Soyez rassurés, nous n'avons rien à voir avec ce piratage".
 
Interrogé par l'AFP, un porte-parole du réseau social s'est pour sa part contenté de souligner que Twitter "ne faisait aucun commentaire sur les comptes privés pour des raisons de sécurité et de protection de la vie privée".

 





Cliquez ici.